Logo Sensation Rock

Sports team, Deep Down Happy.

On l’attendait avec impatience, eh bien le voilà enfin! Quoi me direz-vous, le premier album du combo britannique Sports team qui a pour titre Deep down happy.

Après deux EP et quelques singles distillés çà et là, le sextet des Midlands britanniques drivé par son leader Alex Rice et son compositeur Rob Knuggles nous livre enfin un LP comptant, excusez du peu, pas moins de douze morceaux. Un album attendu car il devait initialement sortir le trois avril mais la parution, pour les raisons que l’on connaît, a subi un léger contretemps. Disons tout de go que notre patience, si faible qu’elle ait été, s’est vue grassement récompensée !

Sports team est né d’une simple rencontre d’étudiants sur les bancs de l’université de Cambridge, ses six membres n’ayant pas plus de vingt-cinq ans. Leur musique indie rock garage s’adresse, à juste titre, aux teenagers désoeuvrés et révoltés des banlieues d’Angleterre. A lui seul, le bouillonnant Alex Rice caractérise cette colère qui ne demandait qu’à éclore.

Les douze morceaux de Deep down happy sont une suite cohérente de riffs puissants de guitare et de mots crachés dans un débit haletant, parfois rapide. Le sextet britannique ne nous laisse aucunement le temps de nous mettre dans le rythme, pas de mise en bouche piano piano. Le sulfureux Lander démarre, on est déjà dans le tempo et l’univers déjanté de Sports team. Les singles Fishing, Going soft et Here’s the thing, dévoilés depuis plusieurs mois, avaient déjà donné une belle idée de ce à quoi
ressemblerait Deep down happy, c’est-à-dire un ensemble homogène de compos musclées qui fleurent bon le rock et qui, par le truchement des guitares ainsi que la voix d’Alex, font parler la poudre. Aux poudres précisément, Sports team sait y mettre le feu et n’a nul besoin d’exhortations. Les langues bien pendues et mal avisées déploreront le manque de variété entre les divers morceaux, pointeront du doigt un cruel défaut d’inspiration mais ceux-ci ne savent pas ce qu’est le bon rock, la rage et la révolte qui en découlent. Going soft et Fishing, compos familières à nos oreilles, résument parfaitement cet état de fait. Les
cris gutturaux et vociférations d’Alex Rice, accompagnant des guitares clinquantes, dépeignent à merveille ce climat explosif.
Au chapitre des éventuels griefs à Deep down happy, on pourra aussi s’indigner contre l’absence de compos posées, de ballades marquant les esprits comme par exemple Pearl Jam a pu nous en offrir. La consolation est de se dire que Sports team n’est pas un combo spécialiste de ce style musical, que la bande à Rob et Alex ne sait évoluer que dans le rentre-dedans et ne fait pas dans la demi mesure. Sports team est le groupe punk/rock garage de demain, digne héritier des Sex pistols et de David Bowie période 70’s, la formation à laquelle la jeunesse britannique pourra s’identifier en prenant ses six membres pour modèles.

Premier LP et déjà un succès retentissant pour Sports team , les britanniques rentrant par la grande porte dans le cercle très fermé de l’indie rock garage so british. Attendra-t-on aussi longtemps le second opus de ce virevoltant sextet que l’on a attendu ce Deep down happy ? Bien malin sera celui qui nous donnera la réponse. En tous cas, avec Deep down happy, interdiction pour vous de déprimer et de vous complaire dans les idées noires car pour vous en débarrasser, soyez-en certains, vous possédez en ce LP de Sports team le meilleur antidote qui soit !

Note de 10 sur 10.

Jean-Christophe Tannieres

Total
22
Shares
Related Posts