Logo Sensation Rock

THE LAST SHADOW PUPPETS, Everything You’ve Come To Expect

Exilés outre-Atlantique, précisément dans la Cité des Anges, Alex Turner (Artic Monkeys) et Miles Kane (Rascals), superstars britanniques et super potes de guerre sortent ce 1er avril un second album très attendu depuis le succès planétaire de The Age of the Understatement. Un assemblage de pop, délicate et fraiche comme la rosée matinale sur la colline d’Hollywood. La classe british, mais sans une once de brume…

Jeunes trentenaires depuis peu, leurs deux frimousses dorées par le soleil de Californie, Turner et Kane vivent leur exil américain comme deux larrons insouciants parfaitement en phase, surtout lorsqu’il s’agit de causer musique. 8 ans qu’ils n’avaient pas pris (ou plutôt pas eu) le temps de croiser les cordes en studio pour offrir un second album aux milliers de fans impatients.
Absorbés ici et là par leurs multiples projets, le duo n’avait pas pour autant zapper l’idée de poursuivre l’aventure du Last Shadow. Question de timing. Une envie jamais démentie, au point d’être tout deux aussi impatients que leurs fans finalement.

Volontiers proches dans la vie, c’est en souterrain qu’ils ont alors tranquillement stimulé leur créativité, entre deux tournées, deux albums, deux pintes, ou deux mondes à refaire selon le moment.
Et si la gestation fût  longue, le bébé a en tout cas de la gueule.

Un premier titre nerveux dévoilé en janvier (Bad Habits), comme la pointe rock garage d’un iceberg  qui s’avère beaucoup plus en rondeur pop qu’il ne pouvait le laisser présager. Mais pas moins géant…

Aviation, premier des 11 morceaux qui composent cet album donne le ton d’une production globale soignée (signé James Ford et Owen Pallett, également musiciens sur l’ensemble). Violons et cordes, son de basse façon Hôtel Particulier de Gainsbourg (dont ils ont volontairement choisi de s’approcher), guitare mi Jonnhy Marr (The Smith) mi Will Sergeant (Echo & the Bunymen), probablement héros de la jeunesse liverpuldienne de Kane, la bubulle vous caresse la gorge et fait briller les yeux…

Miracle Aligner, qui suit, est plus léger, un brin mélancolique, carrément pop, et a franchement l’étoffe d’un bon petit top à l’anglaise comme on les aime.
De même que Dracula Teeth, philarmonique, qui n’est pas sans rappeler la soul du Style Council de Weller, un autre héros sans doute. Une orchestration raffinée qu’on retrouve d’ailleurs sur la majorité des titres, justes et appliqués, élégamment soutenus par la voix et les mélodies léchées de Turner pour qui les fondamentaux de la Britpop n’ont plus aucun secret.

Un petit bémol cependant pour une ou deux songs fainéantes comme The Dream Synopsis ou The Element of Surprise, qui en manquent précisément de surprise…
On mettra ça sur le compte de l’environnement plutôt favorable à la glandouille, puisqu’enregistré au célébrissime Shangri La Studio, à Malibu, le bled ou les bombasses sauveteuses vous décrochent facilement des affaires urgentes…

Ces légères absences pardonnées,  Everything You’ve Come Expect (littéralement tout ce a quoi vous pouviez vous attendre) ne déçoit pas, et se savoure tout en souplesse et finesse, comme on déguste un mojito royal sur le sable blanc de Zuma Beach. A recommander.

Peterpop

Artiste : The Last Shadow Puppets
Album : Everything You’ve Come To Expect
Label/Distribution : Domino
Date de sortie : 1 avril 2016
Genre : Alternative / Rock
Catégorie : Album rock

Total
0
Shares
Related Posts
Read More

INCUBUS, HQ Live

Legacy/Sony/2012 Fin juin 2011, en pleine préparation finale de If Not Now, When?, Brandon Boyd et ses gars…
Read More

MEGAFAUN, Megafaun

Hometapes/Crammed Discs/Wagram/2011 Après trois albums sortis en toute confidentialité en France, Megafaun délivre un quatrième opus un peu…