Logo Sensation Rock

SLEATER-KINNEY, No Cities To Love

Après la réédition de sa discographie chez l’indispensable label de Seattle, le trio féminin de l’Etat de Washington rebranche les amplis, dix ans après The Woods.

En avril 2014, la très regrettée maison d’éditions 13e Note publiait un de ses derniers ouvrages, l’anthologie de littérature féminine américaine Ladyland. No Cities To Love en est la bande-son parfaite.  Fer de lance du “Riot Grrrl”, mouvement autant musical que politique qui émergea au début des années 90 – bien avant que le mot “féminisme” ne soit galvaudé par les post-adolescentes gâtées en quête dont ne sait quoi – le trio démontre plus que jamais que le rock est aussi une affaire de femme. Mais attention, ici pas de poitrine dénudée non plus. Tout est dans la musique. Sleater-Kinney ne doit rien à personne et se hisse au niveau de nombreux groupes testotéroneux qui après avoir écouté No Cities To Love pourront retourner dans les jupes à maman.
Les dix pistes de No Cities To Love ne font pas de fioritures. Carrie Brownstein, Corin Tucker et Janet Weiss envoient le bois pendant à peine plus d’une demi-heure qui ne renferme aucun temps mort. Lo-fi (No Anthems), grunge (Surface Envy), garage (Bury Our Friends), noise (Price Tag, Fade), parfois avec une pointe popeuse (Hey Darling); rien n’arrête Sleater-Kinney et renvoie Brody Dalle à ses gammes et Courtney Love à ses injections de botox. S’appuyant sur le single titre avec son refrain entêtant et son break aérien fleurant bon les nineties, Sleater-Kinney reprend avec No Cities To Love les choses où elles les avaient laissées. Et à notre avis, elles en ont encore à dire.

Artiste: Sleater-Kinney

Album: No Cities To Love

Label/distribution : Sub Pop/PIAS

Date de sortie: 19 janvier 2015

Genre: indie rock

Total
0
Shares
Autres publications
Lire

FOALS, Holy Fire

Transgressive Records/Warner/2013 Pour être très honnête avec vous, je ne m’étais jamais vraiment penché sur le phénomène indie…
%d blogueurs aiment cette page :