Logo Sensation Rock

NEIL YOUNG, Live At The Cellar Door

Reprise/Warner/2013

Le coffre des archives du Loner a tout de la corne d’abondance. A chaque fois qu’il l’ouvre, une nouvelle merveille en sort, synonyme de jouissance auditive.


Retour dans le passé avec ce Live At The Cellar Door. Nous sommes en 1970. Le Canadien a gagné en notoriété grâce à Crosby, Stills, Nash & Young, mais le groupe vient de connaitre sa première engueulade/séparation, pour laquelle le Loner y est pour quelque chose, entre bataille d’égos au sein d’un des premiers collectifs rock et besoin de suivre sa route tout seul. After The Gold Rush vient de sortir et bien que n’atteignant pas le succès que sera celui de Harvest 2 ans plus tard, son accueil auprès du public et des médias est plus que favorable. Avant d’entâmer quelques dates à New-York, ils décident de faire deux soirs de répétition au Cellar Door de Washington. La configuration est la même que lors du Live At Massey Hall qui chronologiquement se déroulera l’année suivante. Neil Young a délaissé les amplis et le Crazy Horse pour se retrouver seul sur scène, avec une guitare et un piano. Un show acoustique et intimiste en découle. Neil Young jongle entre les morceaux de son récent album d’alors, avec mention spéciale pour Don’t Let Bring You Down et Only Love Can Break Your Heart. Mais les pépites arrivent avec des classiques en devenir. On découvre la première version du fabuleux Old Man et See The Sky About To Rain qui n’apparaitra que 4 ans plus tard sur On The Beach. La période Buffalo Springfield est aussi à l’honneur quand le Loner offre Expecting To Fly et une de ses ballades favorites I Am A Child.
Neil Young connait l’art de produire des titres qui à la fois vont déchainer les cieux quand les guitares sont branchées mais qui vont tout autant gagner en puissance lorsqu’elles passent du côté “unplugged”. En cela, l’épique Down By The River est la parfaite démonstration. Elle est tout autant douloureuse et intense en acoustique et se classe s’il fallait encore le démontrer comme un monument de l’oeuvre du Canadien.
Les archives de Neil Young avaient déjà dévoilé d’immenses prestations passées, Live At The Filmore East et Live At Massey Hall en premier lieu. Live At The Cellar Door vient compléter la liste, et les surpassent même. Et on gage que ce n’est pas fini.

Total
0
Shares
Autres publications
%d blogueurs aiment cette page :