Logo Sensation Rock

FREDRIKA STAHL, Off To Dance

Columbia/Sony/2013

Ici, on aime beaucoup la Suède et tout ce qu’elle peut nous apporter. Et de voir la qualité des musiciens que le pays scandinave nous offrent nous fait un peu oublier la recette douteuse d’une tarte chocolatée de magasins de meubles en kit. Déjà conquis par le sublime album de Peter Von Poehl, voici maintenant que la non moins sublime Fredrika Stahl nous revient avec ce quatrième album.
Off To Dance enfonce encore plus le clou de la métamorphose musicale entreprise par la Suèdoise depuis Sweep Me Away, elle qui vient du jazz mais qui pour plus de liberté a voulu changer de voie. Et Rob Ellis (Anna Calvi, PJ Harvey), ne s’y est pas trompé en la prenant sous son aile. Sans pour autant tourner le dos à sa formation première (Trivial Needs), Fredrika Stahl tisse un recueil de petites pop songs sur fond de mélancolie, derrière lesquelles on croise les ombres de Kate Bush ou de Tori Amos (Little Muse). Avec Off To Dance, la jolie scandinave voulait un album moins sage, pas étonnant donc de voir un titre comme We Are Whole qui sent bon l’émancipation et où la chanteuse se lâche au rythme de hand claps. Agrémenté de quelques ballades au piano (Willow, Deep Breath Then Dive) ou à la guitare (Midday Moon qui peut aussi rappeler une certaine Hannah Cohen), Off To Dance forme un album cohérent, dont l’expérience de Ellis en terme d’arrangements apporte encore plus de solidité (la magnifique Glory). Et ce en dépit de l’absence de véritable hit comme avait pu l’être Rocket Trip To Mars sur Sweep Me Away.
Quatrième essai réussi donc pour Fredrika Stahl, qui mine de rien, continue en toute discrétion mais avec une confiance certaine une carrière promise à une véritable mise en lumière rapide future.

Total
0
Shares
Related Posts
Read More

MUSE, The 2nd Law

Warner/2012 Trois premiers albums de qualité exponentielle, un quatrième sans grande surprise et un dernier en date mi-figue,…