Logo Sensation Rock

PEARL JAM, Arras France June 30, 2012 (Bootleg)

Nugs/Ten Club/2012

La série des bootlegs de la tournée européenne 2012 de Pearl Jam commence à être éditée au compte-goutte. Chaque fan du combo attend donc patiemment que l’enregistrement de son concert apparaisse sur les pages du Ten Club afin de pouvoir revivre avec émotion le concert auquel il a participé. Et c’est au tour des personnes présentes au dernier Main Square Festival d’Arras d’être récompensées. Certes disponible en digital, la version physique vaut toujours le coup, dans son écrin craft orné d’un blason, artwork de toute la série de bootlegs. Comme à son habitude, le groupe offre l’intégralité de l’enregistrement avec un son irréprochable, et assume ses pains (les fausses notes de Vedder dans l’intro de Corduroy) et ses loupés (Vedder encore qui à force de déconner avec Ament oublie les premières paroles de Alive). Même si la setlist est relativement proche du concert qui a eu lieu deux ans plus tôt dans la même enceinte, on sent un public plus réceptif et le combo encore plus concerné et qui ne se cache pas pour le dire (même si ce dernier est rarement en dessous). Mais cependant, le choix des morceaux montre l’étendue de la partition des vétérans de Seattle, du grunge des débuts (Go, Even Flow) au folk plus intime (Nothingman, Low Light) en passant par les classiques (Do The Evolution, Better Man). Mike McReady offre comme toujours son lot de solos, Cameron et Ament sont une section rythmique de feu et Vedder reste un artiste à la voix incroyable (Release, Black) et un compositeur essentiel (Unthought Known, Just Breathe). Certes, cette chronique n’est pas la plus objective qui existe (voire pas du tout), mais ceux qui la liront seront certainement les mêmes qui étaient à la citadelle d’Arras le 30 juin et la partageront. Les autres passeront leur chemin, et on ne leur en voudra pas.

Total
0
Shares
Related Posts

VILLAGERS, {Awayland}

Domino/PIAS/2013 Deuxième album très attendu de Conor O’Brien. L’Irlandais va-t-il passer le cap si difficile de second opus,…