Logo Sensation Rock

BABYSHAMBLES, Sequel To The Prequel

Parlophone/2013

Entre deux cures de désintox’, Pete Doherty retrouve ses Babyshambles pour donner une suite à Shotter’s Nation, et cela tient presque du miracle.
Les Babyshambles, c’est un peu l’archétype même du groupe qu’on veut autant détester qu’aimer. Détester car avec un leader qui fait plus souvent la une des tabloïds pour ses frasques extramusicales, entre deux soirées à s’exploser la tête ou en s’exposant avec telle ou telle top model, à tel point qu’on serait prêt à parier que beaucoup ne savent pas qui est Pete Doherty et ce qui l’a amené sur le devant de la scène (enfin, c’est pas une Kardashian non plus). Ensuite un groupe qu’on veut aimer car il faut bien admettre qu’avec ses acolytes, l’Anglais est capable de pondre des titres efficaces, directs, de véritables hymnes, comme les Britanniques savent si bien le faire.
Et Sequel To The Prequel démontre bien cette ambivalence. Ca commence très fort avec la punk song Fireman et l’excellente ballade “so british” Nothing Comes To Nothing. Puis ensuite on alterne avec le bon (Farmer’s Daughter et son refrain entêtant, Maybelline la chanson à deux accords simple et efficace) et le pas terrible (Fall From Grace qui sent un peu la country variétoche, le titre éponyme qui sent la parodie de cabaret ou les violons de Pictures In My Hospital pas vraiment indispensables). Mais comme d’habitude, les Anglais arrivent à contrecarrer ceci avec des tubes qui déroulent tout seul pour finir sur une meilleure note (Seven Shades, Minefield).
Sequel To The Prequel offre donc le même résultat que son prédecesseur. C’est le genre de disque qu’on voudrait ne pas avouer avoir, mais qu’on relance volontier une fois qu’il est sur la platine.

https://www.youtube.com/watch?v=PqVZlR48v2U

Total
0
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :