Logo Sensation Rock

DR. JOHN, Locked Down

Nonesuch/Warner/2012

“Ready for a trip (dans tout les sens du terme) to New Orleans ?” The Night Tripper, Dr John, revient en compagnie d’un musicien et producteur en vogue depuis la sortie du déplorable El Camino, j’ai nommé Dan Auerbach (Black Keys). Voyons les ingrédients que ces deux esprits mélangent dans leur chaudron magique : du jazz, du rock, du blues, du R n’b et un zeste de folie.

Avec Locked Down, nous sommes loin de l’ovni Gris-gris. Mais l’essence est toujours présente. Le titre d’ouverture est celui que porte l’album, des croassements de corbeau, des grelots et cette contrebasse au son bien gras et groovy. A cet instant on sait que la collaboration a fonctionné.Revolutionfût le premier morceau balancé sur le net. Les instruments à vent font le boulot et suffisent à eux-mêmes pour tenir le morceau. A quoi servent guitare et batterie ? On adore les chœurs surBig Shot, et encore et toujours ces instruments à vent.Ice Agemarque un tournant dans l’album. Nous revenons aux vieilles recettes chéries par Dr John. Des rythmes africains scandés mais planants, des chœurs féminins presque omniprésents.
Sur tout le reste de l’enregistrement, on peut apprécier l’excellentissime pianiste, organiste et claviériste qu’est
le Night Tripper.Getawayest un jazz funky, avec comme épilogue une très bon solo de guitare, ce qui en fait le titre majeur de l’album.You Lieest la preuve qu’il est possible d’envoyer du beat avec une guitare. Le chant est à deux doigts d’un rap et le piano apporte une rythmique complètement saccadée, presque détraquée.Kingdom of Izznessest un morceau qui aurait pu figurer sur Brothers des Black Keys.Eleguaest ce qui ressemble le plus au Gris-gris, avec son côté voodoo, presque chamanique, mais tombe un peu à plat sur la fin. Au final, on a droit à deux morceaux aux influences blues et gospel, un peu plats eux aussi.

Locked Down est un album qui se tient. Dr. John a été poussé dans notre ère où la mode des trucs qui “bougent” est de mise. On regrette l’ancien Dr. John, complètement déjanté et on trouve dommage la nouvelle direction musicale prise par Auerbach, qui devient un peu trop pop et faiseur de tubes. Bref, c’est un album sympathique avec quelques bons morceaux, mais très répétitifet peu original dans l’ensemble.

Total
0
Shares
Related Posts
Read More

GANGLIANS, Still Living

Souterrain Transmissions/PIAS/2011 Oeuvrant dans la catégorie “pop indé de bon aloi”, Ganglians signe l’une des bonnes surprises de…