Logo Sensation Rock

Soak / If I Never Know You Like This Again

Son second opus de 2019 Grim Town ne nous avait pas laissé un souvenir impérissable, la jeune Irlandaise Soak (de son vrai nom Bridie Monds-Watson) nous revient en grande forme et dotée d’une plus grande maturité. La native de Belfast a aujourd’hui 25 printemps, un quart de siècle qu’elle porte magnifiquement.

Que de chemin parcouru par Soak depuis le début de sa carrière en 2011, la petite Irlandaise ayant dans sa besace déjà trois albums dont le très remarqué We Forgot How To Dream en 2015, opus qui accoucha de plusieurs singles à succès, Blud notamment.

Avec Grim Town, Soak s’est hélas quelque peu perdue en chemin, ne confirmant pas les attentes placées en elle suite à la parution de We Forgot How To Dream.

Trois ans plus tard, un peu de repos et une petite remise en question, cette chère Soak est donc de retour avec un troisième album, If I Never Know You Like This Again, qui devrait contribuer à redorer le blason de la jeune Irlandaise à la voix si douce et cristalline.

If I Never Know You Like This Again est un album à caractère autobiographique dans lequel Soak/Bridie a entrepris de convoquer ses souvenirs d’enfance les plus chers, les plus palpitants. Ce nouvel effort de Soak s’écoute comme si l’on parcourait un album de photos ou une série de diapos. À 25 ans, Soak éprouve le besoin de revenir sur les chapitres de sa vie de petite fille qui l’ont marquée. L’exemple le plus frappant est sans nul doute Baby, You’re Full Of Shit, signifiant peut-être que la petite Irlandaise, alors nourrisson innocent, n’était pas toujours très propre sur elle. On peut aussi citer Purgatory, signe que Bridie Monds-Watson avait dû faire quelques bêtises dans son enfance, des punitions en étant les conséquences : le purgatoire.

Musicalement parlant, cette troisième galette de Soak donne la parole aux guitares et aux morceaux entêtants, lesquels vont marquer les esprits pour longtemps.

Dans Purgatory et plus encore Last July, Soak se donne des allures de rockeuse patentée, osant s’aventurer dans un registre qu’on ne lui connaissait pas. Last July est un morceau que Weezer n’aurait pas refusé d’interpréter, dans un style punk-pop où les guitares font rage. Purgatory est du même acabit, la voix de Soak adoptant des intonations graves et rugueuses, dignes d’une rockeuse prête à en découdre. La petite muse de Belfast confessera d’ailleurs, lors d’une interview, avoir beaucoup écouté des groupes tels que The Pavements, The Bends ou encore Broken Social Scene lors des séances d’enregistrement de cet album. De quoi donc lui donner toute l’inspiration dont elle avait besoin musicalement pour renouer avec le succès qui fut le sien, en 2015, avec We Forgot How To Dream.

Red Eye, Pretzel et même Guts renferment également des influences rock, la jeune Irlandaise mettant les petits plats dans les grands pour notre plaisir. Avec Pretzel surtout, Soak se veut à la fois féline et féroce, toutes guitares dehors.

Le style Belle And Sebastian est lui aussi très présent, notamment sur la ballade Bleach ou encore dans le plus cadencé Get Well Soon. Quand des influences écossaises viennent apporter leur obole à une chanteuse irlandaise, cela ne peut donner qu’un somptueux et rafraîchissant cocktail de sonorités saxonnes, bien rock.

If I Never Know You Like This Again, ce sont aussi de délicieuses ballades, parfois atmosphériques, quand on ne parle pas de psychédélisme. Baby, You’re Full Of Shit est un duo guitare sèche/voix, alors que Swear Jar laisse apparaître quelques boucles synthétiques et surtout de fabuleux chœurs de gospel, ceux-ci marquant formidablement la fin du morceau. Soak se paie même le luxe d’accompagner ces chœurs, ce qui magnifie encore davantage un Swear Jar déjà bien émouvant. Single tout récemment dévoilé après Last July et Purgatory, Swear Jar est incontestablement le morceau le plus abouti de ce nouvel album de Soak, la ballade avec un grand B!

Autre grand temps fort d’If I Never Know You Like This Again avec Neptune, d’une durée totale de 6 minutes 53, compo sur laquelle Soak nous invite à un voyage plein de mystères et de découvertes. La touche psyché est tout à fait palpable, un domaine musical là aussi insoupçonné de Soak.

Avec Grim Town, Soak avait définitivement sombré et plongé dans de profonds abysses, il n’en sera pas de même pour If I Never Know You Like This qui, on peut raisonnablement le penser, devrait sonner le retour en grâce de cette petite irlandaise au cœur si tendre et pétrie de tant de talent. Un potentiel auquel le label Rough Trade Records n’a pas été insensible, ayant décidé de maintenir sa confiance en Soak, confiance que l’Irlandaise ne saurait décevoir.

If I Never Know You Like This Again : un retour de Soak au premier plan!

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Related Posts