Logo Sensation Rock

Eades / Delusion Spree

Le Royaume-Uni fourmille vraiment de formations punk rock, de groupes qui ne se sentent exister qu’en faisant dans le musclé et le dynamique. 
Parmi ceux-ci, on peut citer Sports Team ou encore, même si depuis quelques années ils ont pris du plomb dans l’aile, les écossais de Franz Ferdinand. 
Le groupe sur lequel nous allons nous attarder se révèle du même acabit, considéré comme héritiers de cette dynastie punk se renouvelant sans fin. 
Il s’agit d’Eades, sextet originaire de Leeds. Le groupe est en effet constitué de Daniel Clifford-Smith, Dave Lancaster, Tom Reilly, Lilie Fontaine, Harry 
Jordan et Sam Wild.
Deux EPs d’Eades sont déjà parus : Microscopic Things en 2020 et Abstract Education en 2021. Puis, le 4 mars dernier, ces british bourrés de 
testostérone et de vitamine C à fortes doses ont franchi le pas du LP. Celui-ci a pour titre Delusion Spree et comporte 12 morceaux, réunissant en 
un seul album des influences Sports Team, Shame, Life mais surtout Parquet Courts.

Un opus distribué par le label Heist Or Hit, petit label mais appelé à faire découvrir de multiples talents en devenir.

Delusion Spree commence tout en légèreté avec Reno, un morceau qui aurait été dans les cordes de Franz Ferdinand à leur glorieuse époque. Les riffs 
de guitare trépidants font surtout penser à ceux de la formation écossaise dont on reste, malgré tout, toujours nostalgiques des débuts.

Backseat Politic et Ever Changing coïncident avec une accélération du rythme ainsi qu’à une grosse prise d’assurance de la voix du chanteur. Là, on 
se dirige davantage vers l’explosivité de Parquet Courts qui, soit dit en passant, demeure la principale influence d’Eades. Une absence de mélodie 
posée et bien élaborée sera sans doute reprochée au sextet de Leeds mais cette bande de joyeux drilles n’en a cure, n’a que faire des cancans et 
du qu’en dira-t-on! Eades distille sa musique qui plaira ou non, c’est selon mais, comme dirait le titre d’une certaine émission, on ne peut pas plaire 
à tout le monde.

Relents de Parquet Courts encore et toujours sur Delusion Spree, morceau portant le titre de l’album où la ressemblance avec le groupe de Savage 
s’avère bien plus frappante encore. Sundays, qui achève le LP, est à l’image d’Ever Changing ou de Backseat Politic, hyper speed et urgent.

Cet album d’Eades n’est pas fabriqué sur du rythme made in Parquet Courts, sans quoi l’on s’ennuierait vite et ferme. Delusion Spree possède, et 
c’est tant mieux, des compos interprétées de manière plus construite, une variété de cadences qui fait toute la richesse de ces 12 morceaux. Voodoo 
Doll et Former Warning Cluster invitent même des claviers dans leur orchestration, tandis qu’I’m Holding Back Your Hair fait entendre une voix féminine, 
certainement celle de Lily Fontaine.

Sports Team figure aussi, on l’a dit, au programme des réjouissances et des influences comme en témoigne, entre autres, A Welcome Goodbye où le 
chanteur prend des accents de la voix d’Alex, leader de Sports Team alors que les guitares rappellent étrangement celles des auteurs de Fishing, 
Camel Crue ou encore, plus véridique sur A Welcome Goodbye, de The Racers.

Smoking Hour, Parachute Games et Former Warnings Cluster sont plus calmes, presque des slows, même si le dynamisme d’Eades ne s’est pas 
complètement évanoui. Outre Sports Team (comme par exemple encore dans Smoking Hour), on note également dans ces morceaux un soupçon 
de Pixies, surtout dans la voix du chanteur qui se montre proche de celle de Frank Black (Parachute Games et même Former Warnings Cluster). 
Sur le dernier cité, la voix adopte aussi le ton d’Alex Kapranos de Franz Ferdinand.

Sur ce LP, figurent des morceaux que l’on pouvait déjà entendre sur les deux EPs d’Eades de 2020 et 2021 : Saying Forever sur Microscopic Things, 
Smoking Hour et Former Warnings Cluster sur Abstract Education. Il est tellement bon de retrouver sur un LP les compos déjà appréciées à l’écoute 
des deux EPs, pas de dépaysement au moins.

Belle découverte qu’Eades, ce sextet britannique a ce qu’il faut dans le ventre et de l’énergie à revendre, faisant quasiment jeu égal avec Parquet 
Courts ou Sports Team quand on ne parle pas de Pixies.

Delusion Spree : un album composé par une bande de gais lurons pleins de fraîcheur, prouvant que Leeds compte et comptera toujours dans le 
paysage musical britannique.


			
Total
20
Shares
Related Posts