Logo Sensation Rock

TEMPLES, Hot motion

Comme dirait la chanson, coucou les revoilou ! Je veux parler de nos chers Britanniques de Temples et plus précisément de leur nouvel album, ayant pour titre Hot motion, que l’on a plaisir à entendre. Le groupe originaire de Kittering, dans le comté de Northamptonshire, nous propose, avec ce nouvel effort, un merveilleux melting-pot de morceaux claviers/électro et de rock péchu à la Johnny Marr par exemple. 11 pistes représentatives des deux premiers albums de Temples, Sun structures en 2013 et Volcano en 2017. Certains diront qu’il n’y a rien de neuf sous le ciel de Kittering mais bon, tant que le succès est au rendez-vous, pourquoi tout bouleverser ? Temples et son rock sacrément psychédélique ne pouvaient pas mieux nous combler en ressortant de leur tanière au moment opportun et pour notre plus grande joie. James Edward Bagshaw, chanteur et guitariste, reste toujours le fer de lance du quatuor, formidablement secondé par Adam Smith (claviers, guitare), Sam Toms (batterie) et Thomas Edison Warmsley (basse).

Hot motion siffle le départ de cet album, tout en batterie et claviers qui se livrent combat sur un rythme accrocheur.
You’re either on something, plus posé, prend le relais et nous laisse apprécier la voix caressante de James Edward.
Les guitares s’excitent sur l’excellent Step down, l’un des morceaux exprimant la facette rock de Temples que l’on a déjà pu noter sur Sun structures.
Les claviers se font à nouveau pressants sur Context, dernier single dévoilé par le groupe. Le morceau est joué de façon hyper engageante, tous les membres du quatuor étant au diapason et bien rodés.
Le meilleur morceau de ce Hot motion est indéniablement Atomise et ses changements incessants de cadences. On commence par un slow guitare voix, enchaîne avec un rock où batterie et guitare se renvoient la balle en parfait tandem, puis le rythme s’apaise enfin avec la voix de James Edward et les claviers sans oublier les chœurs sans qui, il faut le dire, un morceau de Temples ne serait pas complet.
Holy horses, quant à lui, demeure dans la lignée des morceaux classiques de nos british préférés figurant sur Sun structures et Volcano, ni monotone ni révolutionnaire, du Temples comme on les connaît depuis leurs débuts en 2013.
Not quite the same et The beam sont également un réel plaisir à l’écoute, venant nous rappeler aux bons vieux souvenirs de Temples par les incroyables jeux de guitare et de claviers. C’est dire si le quatuor britannique a certainement manqué à nombre d’entre nous.

Hot motion est le meilleur album de Temples, devançant d’une forte tête ses prédécesseurs. Ce mélange de morceaux claviers et rock guitare est sans l’ombre d’un doute la recette qu’il fallait utiliser pour que ce LP soit pleinement réussi. Pour Temples, c’est un retour gagnant ! Hot motion, opus très chaudement recommandé !
Jean-Christophe Tannieres

(Temples, Hot motion)

Total
0
Shares
Autres publications
%d blogueurs aiment cette page :