Logo Sensation Rock

LIVE REPORT : RY X + JOSIN, vendredi 02 décembre, Trabendo, Paris (75)

Ce Vendredi 2 Décembre, marquait le passage de la tournée de Ry X au Trabendo à Paris, l’espace d’un live hors du temps.

 

20h, la première partie de la soirée s’installe. Il s’agit de Josin, une jeune artiste tout juste signée sur Dumont Dumont, label suédois, le même que Ry X. Un premier double single intitulé Ocean Wait est sorti le 18 Novembre dernier, dans l’attente de la préparation du premier EP, attendu pour courant Avril 2017.

La pop est à tendance électro, douce, éthérée. La voix est cristalline, pure. Elle est seule sur scène, mais investit l’espace et fascine, en quasi tête à tête avec les spectateurs du premier rang. La plupart des mélodies, dont le fameux Ocean Wait, sont sous forme de duo claviers-voix, mais elle fait intervenir la guitare électrique au moment de l’avant-dernier titre.

Pendant ses rares adresses au public, la voix de Josin est presque imperceptible, réservée, ce qui surprend en comparaison avec sa prestation, chargée en puissance émotionnelle. Si l’on devait nommer une référence, on pourrait citer Björk, en plus dépouillé peut-être, la presse l’ayant déjà qualifiée de « Thom Yorke au féminin ». Ce sont trente minutes de set qui passent en un éclair, malgré des morceaux tout en longueur et en langueur.

 

L’Australien Ry X arrive sur scène peu après 21h, sous les applaudissements du public. La scène est éclairée à la bougie, les rares projecteurs renvoient une lumière orangée, douce, et offre une plongée dans l’univers introspectif du musicien. Il s’agit sûrement d’un clin d’œil au nom de son tant attendu premier album, Dawn (« Aube » en Français), qu’il vient présenter en France pour la première fois.

Il est entouré pour le live d’une batterie, de claviers, d’un violon et d’une contrebasse. Sa musique oscille toujours entre la grâce d’une image qu’il nous projette et la puissance d’une sensation, entre une touche d’électro paisible et la gravité de mélodies se rapprochant parfois quasiment du classique. C’est avec Only que s’ouvre le concert, également le premier single de l’album. Le public, très réceptif, réagit avec enthousiasme quand s’annonce Sweat, succès tiré de l’Ep. Un léger incident technique rapidement pris en charge fera échanger deux titres dans l’ordre prévu initialement : il y aura d’abord Delivrance, extraite de l’album, gracieuse aux accents pop. Puis il enchaîne sur Berlin, sublime balade profonde et rêveuse qui l’a fait connaître, saluée chaleureusement par la foule du Trabendo. Malgré les arrangements magnifiés par la présence des cordes, c’est la voix de l’artiste, à la fois fragile, presque spectrale mais pourtant si impressionnante, qui reste au cœur de son art, servant des textes intelligents.

 

Le temps d’un rappel mérité, Ry Cuming électrise une dernière fois le public parisien, venu en grand nombre ce soir-là, et ne manque pas de souligner son impatience de déjà revenir.

  • Noémie

Crédit photo : Emma Forni 

 

Total
0
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :