Logo Sensation Rock

DYNATRON

Jean-Michel Jarre, Def Leppard, Judas Priest, Metallica, Lazerhawk : voici les références qui ont innervé le travail de Dynatron -projet originaire de Copenhague, dont la musique éthérée semble se déployer dans l’espace. Nous le rencontrons au Synthzilla, juste avant son passage sur scène.

Pour commencer, parlons du nom de ton projet. En électronique, le dynatron désigne un élément lié à l’oscillateur des radios. Quelle relation établis-tu entre ta musique et cet objet ?

Et bien… Pas grand chose ! Le nom m’est venu lors d’un brainstorming.

Tu as commencé il y a quatre ans. Peux-tu nous en parler ?

J’ai vraiment commencé fin 2011, via youtube. “Nero77” est l’un de mes amis, et il m’a fait découvrir Mitch Murder, Lazerhawk et toute la scène qui leur est liée. J’ai joué du métal pendant plusieurs années et j’avais envie de changer, de revenir à des choses que j’écoutais lorsque j’étais enfant, avec mes parents (Jean-Michel Jarre par exemple).

Dynatron a une connotation mécanique. Est-ce que cela signifie que tu préfères l’usage de software plutôt que d’hardware, à “l’ancienne” ?

Pas vraiment ; c’est plus facile pour moi de rester sur du software, car c’est rapidement disponible. On peut commencer un morceau, s’arrêter, passer à un autre. Les instruments sont très chers et je n’ai pas de quoi les stocker !

Avec quels logiciels composes-tu alors ?

Avec Ableton live, le plus aisé à configurer. Et un peu Tool.

Quel est le point de départ de l’élaboration d’une mélodie ?

Habituellement, ça part d’une ligne de synté que j’aime. Puis je commence à manipuler les possibilités du logiciel, je cherche les mélodies qui peuvent se dégager des sons trouvés. Chaque son correspond à une mélodie.

La spécificité de ta musique, c’est qu’elle met plus en relief les harmonies et les mélodies que les basses ou le rythme, spécialement sur ton dernier album, Aeternus. Es-tu d’accord ?

Oui, complètement ! Je place des beats dans la programmation, mais l’atmosphère et le paysage sonore sont les plus importants.

Est-ce parce que tu préféres créer un univers plutôt que de faire danser les gens ?

Oui, exactement !

J’aimerais bien savoir quel est le nom du morceau que l’on entend lorsque l’on parcourt ton site. Je le trouve très beau.

http://dynatronsynth.com )

En fait, c’est une des premières versions de Out There, sur Aeternus. Il y en a trois versions, et la première, que je n’avais pas utilisée, me semblait parfaite pour le site.

C’est donc un morceau qui te représente ?

Je crois que oui.

Ta musique, en général, est très mélancolique. Ce n’est pas simplement un sentiment de nostalgie lié aux années 80, mais quelque chose de plus profond…

C’est vrai. J’ai un son relatif aux années 80, mais plutôt dans le sens d’un souvenir de ce qu’on entendait à cette époque là. C’est une inspiration pour créer des mélodies, des sonorités reconnaissables, liées à des représentations et au son analogique.

Ta musique serait parfaite pour figurer sur la bande originale d’un film de science-fiction spatial comme Gravity ou Interstellar. Quel serait le film parfait pour illustrer ta musique ?

C’est difficile… car Alien est mon film préféré, mais il est très sombre, et ma musique ne l’est pas autant. Ce serait un film dans l’esprit d’Alien, mais avec de l’espoir pour quelque chose de meilleur dans le futur.

S’il existait une “planète Dynatron”, à quoi ressemblerait-elle ? Quel univers te représenterait ?

Si tu connais le cycle The Hypérion Cantos de Dan Simmons, et bien en voilà une réprésentation. Tout n’est pas sur la planète, mais sur ce qui l’entoure.

En ce qui concerne ton actualité, où en es-tu ?

Je vais sortir un Ep plus ambient, encore plus centré sur l’atmosphère.

 

———————————————————————————

Bandcamp

Facebook

Site de Dynatron

—————————————————————————————————————————————

Live-report du Synthzilla 2016

 

Total
14
Shares
Related Posts