Logo Sensation Rock

INTERVIEW ENGRENAGE : OLI & SAM

Oli & Sam est un groupe originaire de Besançon porté par Charlie, François et Renaud, dont la pop-folk se tisse autour de la sensibilité et du partage. Une musique généreuse qui a été choisie pour disposer de l’accompagnement Engrenage.

Pourriez-vous vous présenter à tour de rôle et présenter le projet en lui-même ?

Charlie : Moi c’est Charlie, je suis chanteuse dans Oli & Sam, je joue aussi du clavier et du métallophone.

François : Moi c’est François, je joue principalement de la batterie et aussi un peu de soutien sur la basse et le synthé.

Renaud : Moi c’est Renaud, je suis guitariste et je touche un peu de synthé.

Charlie : Le projet Oli & Sam est né en 2010 et a changé de forme en 2013. Nous étions quatre amis qui avaient envie de faire de la musique, on s’est connus comme ça. Il s’est trouvé que le projet a eu une résonance dans le public, on nous a demandé de faire du live, de plus en plus de concerts. On s’est alors demandé si on pouvait dégager plus de temps pour le projet mais notre bassiste a trouvé du travail sur Paris à ce moment là et nous a annoncé que ce serait trop compliqué pour lui. Comme nous sommes des amis et que ça doit rester un projet entre nous, on n’aurait pas pu le remplacer. Donc depuis 2014 on porte le projet Oli & Sam à trois, ce qui implique d’être multi-instrumentiste sur scène.

_R7B9400

Quelle est l’évolution du groupe ? Il y a eu un changement de configuration, est-ce que cela a impliqué un changement de style ?

Renaud : Je pense que c’est une évolution qui aurait eu quand même lieu, c’est plus un mouvement global.

Charlie : L’évolution serait plus dans l’idée du projet, on est plus précis dans la démarche artistique, on a grandi avec ce projet et on écrit d’une façon moins légère, plus consciente, plus pensée. Le premier album était un cadeau qu’on se faisait parce qu’on se connaissait par la musique et qu’on voulait se faire plaisir. On continue, mais d’une façon plus construite.

Qui écrit et qui compose ?

François : Pour la composition c’est un travail de groupe car on travaille vraiment main dans la main. Chacun amène ses riffs, ses mélodies puis on met en commun avec un dialogue. Et quelque chose émerge à force de les jouer. Sur l’écriture c’est Charlie qui s’en charge.

Charlie : Comme c’est moi qui chante, ça me semble plus facile d’écrire. Les paroles dépendent de la mélodie et sont inspirées de la musique qui se crée.

Votre travail est assez graphique si l’on regarde les pochettes et les clips. D’où est-ce que ça vient ?

Charlie : Je suis graphiste le jour et ça nous semble important d’avoir une illustration de notre musique. Ce groupe est une histoire de rencontre et de copains, de chimie entre les gens. Le clip Cherry a été réalisé par Romain Bouchu Foglia qui s’occupe de Scopa Films et avec qui on a eu une vraie rencontre. Il a capté quelque chose de nous et en a fait ressortir des choses dont nous n’avions pas conscience. Travailler dans le dépouillement a été pertinent par rapport à ce que l’on a à transmettre.

François : le côté graphique est toujours très présent, on a travaillé avec plusieurs illustrateurs, on essaye de proposer des posters sur des dates marquantes. On en avait fait pour Emergence, le 4 juin 2015 au Petit Théâtre de la Bouloie, pour la release-party de l’ep au mois d’avril et on en a proposé un pour Engrenage (18 novembre). A chaque fois on travaille avec des gens différents mais qui captent notre univers et aiment notre projet.

Charlie : On se sent riches de ces rencontres.

Parmi les trois groupes sélectionnés pour Engrenage, vous êtes celui qui a le plus de dates atypiques, vous avez joué dans une médiathèque, avant des projections de films, en appartement… Est-ce lié au hasard, est-ce un choix ?

François : Pour nous, c’est historique et sentimental de jouer dans des petits lieux car notre premier concert s’est passé en appartement. On essaie de conserver ça, sachant que notre musique s’y prête car elle a plusieurs formules. On peut jouer “électrique” si les conditions s’y prêtent avec une grande salle ; on est aussi capables de proposer le projet dans une configuration acoustiques pour les petits lieux. On a joué dans des églises cette été. Cela nous tient à coeur de travailler les chansons de deux façons pour pouvoir les proposer dans des lieux différents.

_R7B9405

Vis-à-vis d’Engrenage, qu’attendez-vous de ce suivi ?

Renaud : Plein d’argent ! Non, on a rencontré les professionnels de la filière pour parler du projet, de ses besoins. En tant que musiciens ce n’est pas notre métier d’être producteur, tourneur. On l’a fait par nous-mêmes en se rendant compte qu’on avait vite des limites. On aime rencontrer des gens et profiter de leur expérience et de leur savoir-faire pour aider le projet et nous aider, nous. On est dans l’attente de guides, de conseils, de diagnostics. Savoir ce qu’on doit accentuer. On attend ce que le jury aura à nous dire sur la prestation live.

François : Comme on est musiciens on n’est pas très au fait de ce qu’est chaque corps de métier. On a identifié un besoin de travailler sur la diffusion. Il fat que l’on poursuive et que l’on soit plus précis.

 

Crédits photo : Catheline Bukowski

 

-Clémence Mesnier

———————————————————————————————————-

Actualités :

Dernier album : Dear Mr Octopus (avril 2015)

————————————–

Prochain concert : le 19 décembre à Besançon, Zone Art, 19h30.

—————————————

Page facebook

 

 

Total
0
Shares
Related Posts
Read More

INTERVIEW: NAO

Artiste associé de la Rodia, Näo vient de sortir son nouvel opus tout simplement intitulé III. Profitant de…