Logo Sensation Rock

BEACH HOUSE, Thank You Lucky star

Beach house revient moins de deux mois après Depression Cherry avec un sixième album, Thank your Lucky Star qui va à l’encontre de son prédécesseur avec une pop toujours cristalline mais composée de morceaux plus rugueux et obscurs. Si le duo de Baltimore avait habitué son public à un délai de deux ans entre chaque album, il nous bluffe avec un deuxième opus en 2015 qui n’est en aucun cas la continuité de Depression Cherry. Un contrepied des plus intéressants.

Nous savions déjà que Victoria Legrand et Alex Scally, membres de Beach House, n’étaient pas dépourvu de force et d’énergie. Une créativité dénuée d’aspiration commerciale. Un besoin de temps revendiqué pour que l’inspiration vienne. Finalement quand elle vient, pourquoi attendre ? Questionnement qui a dû traverser l’esprit d’un des groupes de dream pop les plus passionnants des dix dernières années. Pour l’anecdote, l’album a été écrit peu de temps après Depression Cherry et enregistré en même temps.
Thank your Lucky Star s’inscrit toujours dans un songwriting lent et travaillé, flirte avec le spleen et offre des morceaux plus fuligineux. Majorette, splendide introduction, débute à coup de grosse caisse et de mélodie aérienne. La voix de Victoria Legrand flotte. Sentiment de mélancolie féérique.
Le début de l’album captive avec She’s so Lovely dont l’ouverture rappelle celle de Strangers de Portishead. Beach House nous fait ainsi entrer dans leur bulle brumeuse où résonnent murmures et expérimentations électroniques. The Traveller constitue un des titres les plus troublants de Thank your Lucky Star. Un clavecin retentit, fluide, et par instant saccadé. L’atmosphère est quasi religieuse. La mélodie saisit et émeut.
Instant planant, sobre et ombreux avec le magistral Elegy to the Void qui marque par ses longues séquences instrumentales, une guitare sonnante et dissonante et une voix reprise en écho.
La balade Somewhere Tonight, comparée aux compositions de Lana Del Rey nous envoie tout droit dans une sorte de cabaret étrange à la Blue Velvet, la nuit, en apesanteur et clôture avec évanescence cet album rugueux et exaltant.
Une belle surprise qui satisfera les amateurs de dream pop déjà en attente d’un nouvel opus après avoir digéré Depression Cherry.

-Solène Barbier

 

Artiste : Beach House
Album : Thank your Lucky Star
Label/Distribution : Sub pop
Date de sortie : 16/10/2015
Genre : dream pop
Catégorie : Album Rock

Total
0
Shares
Related Posts

REVOLVER, Let Go

EMI/2012 On pourra s’interroger mille fois à propos des photos du livret du dernier album de Revolver, représentant…