SCHONWALD, Between Parallel Lines

Schonwald, ce groupe italien au nom qui déplace les frontières, est l’un des piliers du label Anywave. Et pour cause.

Dans un catalogue parcouru de musiques synthétiques inspirées par la cold-wave mais jouant sur la ré-invention plutôt que la ré-habilitation, Schonwald ne détonne pas mais met en pratique cette façon de construire du neuf à partir d’éléments pré-existants. Ou comment bâtir ses fondations sur la prédominance du synthé et l’imploser d’une brume de noise.
Directions résonne de saturation et de delay comme l’aurait fait The Soft Moon dans ses deux premiers albums, sur un Bpm qui file comme l’éclair. Le duo Schonwald (Alessandra Gismondi – basse, voix – et Luca Bandini – guitare, synthé, boîte à rythme) est d’ailleurs italien, or Luis Vasquez a enregistré son dernier opus, Deeper, perdu dans le studio Hate de Venise… Y aurait-il une âme italienne percluse de tourments qui se déploierait dans le creux des nuits incandescentes ?

Toute la face A du vinyle Between Parallel Lines conserve cette inquiétude, cette forme d’urgence que l’on retrouvera aussi sur la face B, affermie par un son à tendance plus noise, que l’on pourrait qualifier d’inspiration shoegaze. L’album s’ouvre sur sur Inland. Le dernier Soft Moon s’ouvrait sur Inward et lui aussi se construisait autour de titres minimaux, constitués d’un substantif seul et ayant pour objet principal un travail d’introspection (Inward, vers l’intérieur ; Inland, à l’intérieur des terres). Mais la comparaison s’arrête ici, il s’agit d’ailleurs plus d’établir une constance stylistique que de faire une véritable confrontation. La voix d’Alessandra reste en arrière plan sur ce premier titre pour créer un effet de bercement, comme si nous tanguions. Shatter présente une mélodie récurrente et poignante qui donnerait envie de courir dans la nuit pour s’échapper un sourire ironique flottant aux lèvres.

La face B du vinyle commence sur Xenos et ses palpitations nerveuses qu’une voix mécanique vient ceindre. Un panel d’émotions est décliné, de l’industriel Fury au conclusif Wall, mur de bruits parasites. Boîte à rythme désolée ; pincements de synthé. Écouter l’album d’une traite crée un effet d’hypnose, une sorte de dépression atmosphérique.

-Clémence Mesnier

 

Artiste : Schonwald
Album : Between Parallel Lines
Label/Distribution : Anywave
Date de sortie : 05/11/2015
Genre : post-punk cold -wave
Catégorie : Album Rock

Total
0
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :