Logo Sensation Rock

LOU DOILLON, Lay Low

Après avoir été sacrée artiste féminine de l’année au Victoires de la musique en 2013 et la sortie de son très bon premier album encensé par la critique, Lou Doillon était attendue au tournant avec ce deuxième essais, intitulé Lay Low. Peu importe la pression, la chanteuse confirme en signant onze titres intimistes tant mélancoliques qu’exaltants.

Dès la première écoute de ce nouvel opus, on note qu’il se révèle être moins accessible mais plus personnel que son prédécesseur, les titres sont davantage mélancoliques et graves que sur Places, son premier album sorti en 2012. Cependant, les influences musicales blues, folk et rock américaines dont est empreinte Lou Doillon guident l’ensemble du disque. On ressent l’inspiration d’artistes telles que Cat Power ou Patti Smith, sans pour autant assister à du plagia, la chanteuse a comme pris ce qu’il y avait à prendre de meilleur tout en y ajoutant sa touche personnelle, à coups de sonorités folk et soul mid-tempo. L’opus nous transporte dans un voyage introspectif dans lequel les paysages défilent au gré des mélodies. Le premier single, Where To Start, annonçait déjà la couleur, avec une ballade efficace mise en images sur un vieux film, filmé façon super-8, donnant une atmosphère un peu vieillie et vintage, qui colle parfaitement à l’univers et à l’ambiance du titre. Avec Lay LowLou Doillon chante d’une voix grave et écorchée sur des balades sibyllines, pour la plupart, telles que Weekender Baby ou Worth Saying. Sa voix est d’ailleurs magnifiée par des arrangements épurés. L’émotivité de Lou Doillon varie en fonction des titres et des instants, il n’y a d’ailleurs pas que des ballades et de tristes émois sur le disque, on passe de la colère à la tendresse d’un claquement de doigt. Nothing Left et son orgue ravageur, les arpèges de guitares soul tenaillants sur Above My Head ou les accords percutants plaqués sur Good Man démontrent bien ce panel d’émotions délivré dans l’album.
Cependant, la déception vient du fait que l’album ne dure que 33 minutes, un peu court sachant que lorsqu’on commence à s’immerger réellement dans l’univers particulier de la parisienne, l’album se termine déjà.

Dans Lay Low, la fille de Jane Birkin se met à nue, avec simplicité et sincérité, pour nous conter des histoires, ses histoires, en musique. Et on ne peut qu’adhérer.

Artiste : Lou Doillon
Album : Lay Low
Label/Distribution : Barclay
Date de sortie : 09/10/2015
Genre : Folk / Rock
Catégorie : Album Rock

Total
0
Shares
Autres publications
Lire

THE STRUTS, Everybody Wants

Certaines personnes affirment que le rock est mort, enterré depuis quelques années déjà. The Struts, le quatuor anglais…
%d blogueurs aiment cette page :