Logo Sensation Rock

ADELE, Live At The Royal Albert Hall

XL Recordings/Naïve/2011

Le premier live d’Adele, livré avec élégance et générosité, sur la scène mythique et magnifique du Royal Albert Hall de Londres.
Je crois qu’à l’heure qu’il est, il n’est plus nécessaire de présenter Adele Adkins, la chanteuse anglaise âgée de 21 ans qui vend actuellement le plus de disques en Europe. Comme pour célébrer deux années passées à défendre ses deux albums, 19 et le dernier en date 21, sorti il y a plusieurs mois, et qui n’a pas quitté la première place des charts, la gironde Britannique se fend d’un CD/DVD live de sa prestation “à la maison” au Royal Albert Hall, gigantesque salle située en plein coeur de Londres, juste en dessous d’Hyde Park.
Le concert débute avec les accords sombres de Hometown Glory, l’un des tubes de 19, premier album d’Adele, ce soir tout en choucroute capillaire, qui remercie dans un petit discours le public, et n’oublie pas de dire avec ses mots la chance qu’elle a de jouer dans ce Royal “fucking” Albert Hall.
Toujours souriante et mûe par une énergie communicative, Adele continue le show avec les tubes de ses deux albums studio, et le tout est plutôt varié, de la soul dansante façon Motown de I’ll Be Waiting au slow Someone Like You. Elle introduit chaque morceau avec un humour plein d’auto-dérision et d’ironie (Il y a du Joanna Lumley chez Adele !), avec des phrases du type “ça c’était un morceau entraînant et optimiste, si vous avez mes albums, vous savez que c’est pas vraiment mon genre…”.
La caméra, elle, s’attarde souvent sur les visages du public à la fois ému, rieur et surtout très attentif. Passé un ou deux titres un peu dispensables que ne renierait pas Barbra Streisand (Don’t You Remember), on retrouve la magie véhiculée par la voix d’Adele sur les excellents Turning Tables, Set Fire To The Rain et bien sûr Rolling In The Deep. Parmi les surprises, ce petit morceau guitare-banjo, If It Hadn’t Been For Love de The Steeldrivers là encore superbement interprêté.
Adele est une artiste entière, qui ne s’économise pas (ça lui vaudra d’ailleurs une opération récente des cordes vocales), et parvient en s’adressant toujours au public (une fan ici, sa meilleure amie là, qu’Adele évoque d’ailleurs dans une anecdote rigolote) à alterner concert intimiste et spectacle de variétés.

Ce live permet donc de mettre en lumière (le Royal Albert Hall est vraiment une salle magnifique) la générosité, la tendresse et le talent d’une jeune artiste qui ne fait que prendre son envol.

Total
0
Shares
Related Posts
Read More

BIG DEAL, Lights Out

Mute/ Le public français qui connait bien la première chaine de télévision aura peut-être la blague facile à…
%d blogueurs aiment cette page :