Logo Sensation Rock

JACK WHITE , Live From Bonnaroo 2014

Third Man Records/2014

On s’étonnait presque que le “Troisième Homme” n’ait pas fait parler de lui à l’occasion du Black Friday. Il est clair que le décès du claviériste Ikey Owens a été un coup dur pour le boss et son équipe scénique. Mais c’est bien connu que pour ses fidèles, Jack White  ferait n’importe quoi. Celui-ci nous a d’ailleurs concocté une surprise de taille à déposer au pied du sapin pour les plus chanceux.

Le package réservé une fois de plus aux membres du vault est entièrement dédié au concert d’anthologie que le bonhomme a délivré au Bonnaroo Festival (Manchester, Tennessee). Le contenu, composé du triple vinyle de couleur, du DVD de la performance ainsi que maintes surprises, retrace ce véritable parcours du combattant du 14 juin dernier. Sur leurs terres (ou presque), Jack White et ses sbires vont donner ce soir une des prestations live les plus emblématiques de leur carrière débutant en grande pompe par Icky Thump et sa rythmique assommante suivi de près par l’instrumentation psychédélique de High Ball Stepper couplé au génial Lazaretto. Et ce n’est que le début d’un show sans retenue où le groupe n’a aucune setlist et se contente de suivre le patron qui part souvent dans de très longues improvisations. On passe donc d’une country traditionnelle (Hotel Yorba, Temporary Ground) à un blues électrique (Missing Pieces, Steady As She Goes) en un coup de médiator. C’est sans relâche que Jack White étonnement bavard (allant même jusqu’à raconter des blagues au public entre deux morceaux…) enchaine les plus grands succès de ses différentes formations mais bien évidemment ceux composés en son nom à l’image de l’excellent Freedom At 21 et le rythm & blues à en faire pâlir plus d’un de Three Women. Ne se contentant pas du blues possédé de Ball And Biscuit mettant pourtant tout le monde d’accord, voici que le bonhomme a la très bonne idée de coupler le morceau à The Lemon Song emprunté à Led Zepellin. De quoi mettre la foule sans dessus dessous avant un rappel qui ne laissera aucun répit à celle-ci, ouvrant la marche d’emblée par The Hardest Button To Button. On appréciera également l’hommage à Dick Dale, avec Misirlou et sa rythmique effrénée où Jack malmène sa 6 corde à cœur joie introduisant le garage sulfureux de Sixteen Saltines.
La ballade emblématique Love Interruption vient annoncer que le show touche bientôt à sa fin. Le refrain est repris en chœur par Jack, Lillie Mae Rische, le multi instrumentiste Cory Younts ainsi que la foule massive présente ce soir là. Armé de sa fidèle guitare Kay et son bottleneg, Mr Third Man entonne les accords bluesy de Little Bird avant de lâcher sa dernière cartouche Seven Nation Army qui clôt plus de 2h 20 d’un show incroyable où le groupe vient chaleureusement saluer la foule du Bonnaroo Festival qui n’est pas prête d’oublier cette soirée magique.

Artiste : Jack White

Album : Live From Bonnaroo 2014

Date de sortie: Décembre 2014

Genre : Album blues garage

Total
0
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :