Logo Sensation Rock

MINA TINDLE, Parades

Believe Recordings/PIAS/2014

Deux ans après l’émotion suscitée par la sortie de son premier album Taranta, Mina Tindle  signe un disque automnal qui annonce la renaissance de son art. Parades, c’est le titre de ce nouvel album dans lequel la belle Parisienne conjugue les temps au rythme des saisons.

L’album s’ouvre sur Je Sais, une ballade douceâtre agrémenté de chinoiseries. De sa voix tendre, Pauline de Lassus alias Mina Tindle annonce la couleur : un album à la new wave féminine, à la fois fraîche et romantique. Elle chante dans ses deux langues de prédilection : le français et l’anglais, ayant vécu un temps en Amérique. Il faut dire que Christine and The Queens a remis le mélange des langues à l’honneur avec Chaleur Humaine.
S’en suit Pas les Saisons, un titre printanier proche du style de Christine. Ce virage en douceur vers la pop et l’électro, Mina l’opère ainsi tout au long de l’album. Par l’ajout de synthés cristallins sur Seaside, de samples sur The Curse, de boucles de chœurs de femme dans A Seviles. Qu’on se rassure, Mina Tindle n’a rien perdu de ses ascendances folks et nous le prouve avec Dehors, où elle pose sa voix suave sur des accords de guitare sèche.
En multi-instrumentiste, Pauline de Lassus joue elle-même sur les morceaux qu’elle compose. Ainsi, dans Madonne, titre emprunt d’un lyrisme poétique, Mina Tindle expose sa voix claire et sucrée à la lueur de quelques notes de piano. Tandis que dans Plein nord c’est le violon qui répond au chant langoureux de la belle. Le disque se termine sur L’Astrakan, ballade duveteuse à écouter l’hiver au coin du feu.

Justine l’habitant.

Total
0
Shares
Autres publications
%d blogueurs aiment cette page :