THURSTON MOORE, The Best Day

Matador Records / 2014

Depuis le split de Sonic Youth en 2012, Thurston Moore s’est concentré sur sa carrière solo au même titre que les deux autres personnalités du groupe Kim Gordon et Lee Ranaldo. Pour ce nouveau projet Thurston a su s’entourer d’excellents musiciens : Debbie Googe à la basse (My Bloody Valentine / Primal Scream), l’ex-Sonic Youth Steve Shelley à la batterie et enfin James Sedwards à la guitare (Chrome Hoof).
C’est en août dernier que le titre éponyme de The Best Day est dévoilé : un premier extrait aux allures de tube qui met en avant les jeux de guitare complémentaires de Moore et Sedwards. Largement relayé par la presse, ce morceau positif créé l’impatience.
Si dans sa formation initiale, le frontman a toujours assumé des postures expérimentales, cet album surprend par des détours inattendus dans des registres différents, mais il s’éloigne des travaux parfois dissonants qui ont fait sa réputation.
Le rock élégant et électrique aux sonorités complexes l’emporte sur des morceaux comme Speak To The Wild et le lancinant Forevermore, avant de laisser place au romantisme de Tape, une ballade acoustique qui trouve sa place dans cet album hybride.
Des titres sages et soignés côtoient un entêtement juvénile flagrant, notamment dans le titre central, Detonation, morceau sombre et anxieux qui annonce un changement d’ambiance.
Vocabularies et Grace Lake (instrumental) dans un genre post-rock progressif proche des compositions de Mogwai se révèlent être les deux éléments plus cérébraux que le reste mais parfaitement maîtrisés. Enfin, l’excellent Germs Burn, et son souffle punk, met un terme turbulent à l’oscillation de tout l’album entre la maturité de cet artiste unique en son genre et la fougue de son éternelle jeunesse. Un final jouissif pour The Best Day un album rock intelligent, impulsif mais surtout indispensable.

Total
0
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :