Logo Sensation Rock

REEDITIONS: THERAPY?, Troublegum / Infernal Love

http://louderthanwar.com/wp-content/uploads/Therapy-Troublegum-Deluxe.jpgUniversal/2014 pour la réédition
A&M Records/1994 pour la version originale

En 1994, c’est le grand revival de la pop au Royaume-Uni. Definitely Maybe, Parklife pour ne citer qu’eux font la une de tout ce que l‘Angleterre peut compter comme médias. Mais au milieu de tout ça, un trio d’Irlandais débarque alors et lance cet énorme uppercut qu’est Troublegum. Déjà auteurs d’une poignée de EP et d’un album (Nurse, A&M Records/1992), Andy Cairns, Michael McKeegan et Fyfe Ewing mélangent punk, metal, indus et même pop pour délivrer un album sans temps mort. Les pistes s’enchainent d’ailleurs sans blanc, ce qui donne un aspect très monolythique à Troublegum dont l’écoute se fait d’un trait. Emmené par le single Nowhere, on passe des riffs heavy de Hellbelly et de Stop It You’e Killing Me au côté plus pop de Die Laughing ou de Lunacy Booth. Influencé par la dark wave, Therapy? offre une relecture très réussie de Isolation de Joy Division et plonge en pleine noiceur sur Turn. Des invités de marque se joignent au trio, comme Page Hamilton (Helmet) ou Lesley Rankine (Ruby).
Les deux autres disques accompagnant la version Deluxe voient réunis l’ensemble des faces B des singles de l’époque, dont des reprises de Judas Priest (Breaking The Law) ou de Elvis (C C Rider) et des versions live ou remixées de pistes de Troublegum. Les EPs de l’époque Short Sharp Shock, Face The Strange et Opal Mantra sont aussi réunis et montrent l’évolution du groupe entre Nurse et ce deuxième album. Des démos complétent le lot de cette édition totalement exhaustive.

http://www.therapyquestionmark.co.uk/wp-content/uploads/2014/03/Therapy-Infernal-L_108863C.jpgUniversal/2014 pour la réédition
A&M Records/1995 pour la version originale

Avec Troublegum, Therapy? gagne en notoriété et ont démontré qu’ils étaient également un énorme groupe en live. Pour autant, il ne vont pas se relâcher et enchainent direct avec Infernal Love qui sortira tout juste un an après son prédécesseur. On parlait de notoriété plus haut, pas étonnant donc de voir Anton Corbjin s’intéresser au groupe et signer les photos de la pochette et du livret de l’album. Même si peu de temps séparent les deux productions, le contenu est différent. Le disque est très sombre et très cynique. De longues interludes indus servent de coupures entre chaque piste qui sont moins rentre-dedans que dans Troublegum, à l’acception d’Epilepsy et de la voie pop prise par Loose. Le reste laisse place aux compos sombres de Moment Of Clarity à la reprise de Hüsker Dü – désormais devenu un classique des Irlandais – Diane, en passant par Bowels Of Love.
L’édition Deluxe permet ensuite de découvrir les B-sides qui démontrent deux faces de Therapy?. D’un côté la puissance live du groupe, de l’autre le côté plus intimiste qui existe aussi, avec Andy Cairns en solo qui revisite ses morceaux dans des versions acoustiques pas dégueu.

Infernal Love confirme alors que Troublegum n’était pas un one shot mais paradoxalement il signera aussi le début d’un désintérêt du public pour Therapy?. Les fans continuent de les suivre encore maintenant, le combo faisant paraitre régulièrement des productions de qualité, toujours en pleine évolution. Cette double réédition est alors l’occasion de remettre en lumière ce groupe trop peu reconnu.

Total
0
Shares
Autres publications
%d blogueurs aiment cette page :