Logo Sensation Rock

JOHNNY CASH, Out Among The Stars

Columbia/Sony/2014

Plus de 10 ans après sa mort, un nouvel album posthume du Man In Black voit le jour. Et il convient de prévenir celui qui voudrait se jeter dessus.
En effet, Out Among The Stars ne fait pas partie des American Recordings, comme on s’y était habitué régulièrement au cours des 20 dernières années. L’album date du début des années 80, donc en plein dans le creux artistique de l’artiste, période ingrate, où l’inspiration et par conséquent le succès des albums de Johnny Cash étaient en berne. Il faudra alors attendre sa participation sur Zooropa de U2 puis l’intérêt de Rick Rubin pour pouvoir véritablement jouir du talent de l’Américain.
A l’époque, Out Among The Stars avait été rejeté par Cash pour son côté trop pop. Et on va lui donner raison. Cet album s’adressera donc surtout aux fans inconditionnels de Johnny Cash, qui ont suivi ses faits et gestes depuis l’époque Sun jusqu’à ses derniers soufflent chez Rubin. Pour ceux qui ne connaissent que le Cash sous les ordres du producteur barbu, il vaut mieux être prévenus. On est loin de la beauté funèbre des American Recordings. On est carrément à l’opposé et les plus mauvaises langues diront qu’on a l’impression d’écouter le générique du Fall Guy (Out Among The Stars) – et on ne pourra pas toujours leur donner totalement tort. On a affaire à un album en grande partie fait de morceaux country-variétoche parfaits pour les rednecks. Mais Johnny Cash reste Johnny Cash et comme ça avait été le cas sur Boom Chicka Boom (Mercury/1990) avec les reprises de Cat’s In The Cradle et de Hidden Shame de Costello, on arrive à trouver son bonheur. Notamment quand la fougue de June Carter s’y colle comme à la belle époque de Jackson (Baby Ride Easy). She Used To Love Me A Lot a des couleurs pop et I’m Movin’ On donne envie de monter sur l’échine d’une vache un peu excitée. Le Storyteller reprend le dessus lors de titres plus posés, au son de la slide (Call Your Mother, After All), et démontre que même depuis l’au-delà, ça marche encore droit.

Total
0
Shares
Related Posts
Read More

BIBIO, Mind Bokeh

Warp/Differ-Ant/2011 Dans le livret qui accompagne Mind Bokeh, le nouvel album de Bibio (à l’état civil : Stephen…