Logo Sensation Rock

KAVINSKY, Outrun

Record Makers/Universal/2013

Les nappes grasses et synthétiques du clavier de Nightcall résonnent encore dans les oreilles de beaucoup depuis la présence du titre sur la B.O. de Drive, le film coup de poing de Nicolas Winding Refn. Après des mois à attendre en usant le saphir de sa platine sur les quelques maxis sortis ces derniers temps (Teddy Boy, Nightcall, 1984), le fan peut enfin se réjouir : Kavinsky sort son premier album.
Disons-le d’abord : pour apprécier cet album, il faut aimer un minimum les séries TV des années 80, les voitures italiennes rouges, les B.O. des films de John Carpenter et les jeux vidéo dont fait d’ailleurs référence le titre de l’album (et la Testarossa de la pochette, également).
C’est le bien nommé Prelude qui ouvre Outrun. Une voix off nous conte une histoire, celle d’un homme, qui après un grave accident de voiture, devient un zombie condamné à composer de la musique électronique. Outrun peut donc être écouté comme la bande originale d’un film imaginé et scénarisé par Kavinsky (la pochette fait référence au cinéma) mais qui n’aurait pas été tourné. Les ambiances élaborées par le Français à grands renforts de synthés vintage et de rythmiques évoquent autant l’univers flippant d’un Thriller que de la B.O. de la série Miami Vice (Rampage, Odd Look, Protovision). On compte quelques invités au chant dont Lovefoxx (Nightcall), le rappeur américain Havoc de Mobb Deep (Suburbia, Endless) et SebastiAn à la production.
Autour de références variées (ciné, TV, video games…), Kavinsky réussit à créer un univers cohérent, à en tirer une histoire à l’atmosphère à la fois oppressante et entêtante. Celui qui vient de signer la bande-son de Grand Theft Auto V n’a donc pas fini de faire parler de lui.

Total
0
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :