Logo Sensation Rock

THE BLACK KEYS, El Camino [contre-chronique]

Nonesuch/Warner/2011

Au sein d’une rédaction, même la plus petite qui soit, il arrive que les avis divergent. Le dernier né de Dan Auerbach et de Patrick Carney a donc été objet de débat, mais somme toute très digne, aucune blessure par arme blanche n’est à déplorer. El Camino divisant bien au-delà d’un simple site web, je me devais de donner un avis plus positif que ne l’a fait mon collègue Thomas.
Alors contrairement à lui, je me suis intéressé aux Black Keys très plus tard, et ne me considère donc pas comme un puriste, et je peux donc comprendre que la direction musicale prise par le duo (on pourrait même dire trio en regard de l’influence de Danger Mouse) soit source d’incompréhension. Au revoir le son blues, cradingue de Magic Potion ou Attack & Release, on est ici dans une production très propre, idéale pour la réalisation d’un album tubesque. Car voici le qualificatif de El Camino, chaque piste étant un single en puissance. Et alors, même si on a là un disque plus commercial, que les publicitaires n’ont pas tardé à adopter, il faut voir objectivement la qualité des morceaux. Et puis, chaque groupe peut se laisser aller un instant à la simplicité. The Kills et Midnight Boom, c’était un peu la même philosophie. Mais il ne faut non plus être totalement surpris, les Black Keys avaient déjà pris un virage avec Brothers, certes moins homogène que son petit frère, mais déjà Tighten Up, Howlin’ For You ou The Only One était dans le même état d’esprit tubesque. Et puis merde, est-ce grave si on connait par coeur le déhanché de rigueur au son deLonely Boy, que Gold On The Ceiling reprend un accord de blues mille fois entendu ou que Little Black Submarines deviennent le Stairway To Heaven des Keys ? Les choeurs de Dead And Gone ne font pas ringard, Run Right Back est bien rentre-dedans. Les originaires d’Akron tiennent donc un album tubesque, qui fera bouger dans les festivals cet été et qu’on n’ira pas voir à reculons. Enfin, que les fans puristes se rassurent, le grand public a tendance à vite oublier ce qui a marché l’année précédente (parfois le mois précédent, voyez Lana Del Rey). Et on parie fort que la prochaine mouture des Black Keys retournera au blues garage originel.

Total
0
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :