Logo Sensation Rock

KORN, The Path Of Totality

Roadrunner/2011

Avec son rythme bien huilé d’un album tous les 2 ans, voici donc la nouvelle mouture des Californiens. Et déjà une étonnante surprise, ce Path Of Totality est orienté dubstep, à savoir une musique électronique puisant son influence aussi bien dans la dance que dans le hip-hop. Alors on est interloqué à l’annonce de cette information, mais on ne reprochera pas au groupe d’annoncer la couleur d’emblée. Et il est vrai qu’on était un peu fatigué d’entendre qu’à chaque nouvelle sortie du combo de Jonathan Davis, on allait avoir droit à un retour au source qui à la fin nous décevait. Alors quelque part, on est assez curieux d’entendre cette nouvelle orientation. Et puis on se souvenant de la collaboration de koRn avec les Dust Brothers sur la B.O de Spawn (Kick The P.A. était un morceau plutôt sympa), on se dit que la recette pourrait marcher. Totalement à l’iniative de Jonathan Davis, grand amateur de ce style musical, il a entrainé avec lui les autres membres du goupe. The Path Of Totality est composé de morceaux produits par différents DJ (Kill The Noise,Skrillex, Excision). Mais que reste-t-il de koRn? A la première écoute, pas grand chose. Musicalement parlant, on ne reconnait pas les gros riffs de guitares de Munky et la basse slapée de Fieldy. Hormis Bleeding Out (et à un degré moindre Fuels The Comedy), où on sent, bien que passant à la moulinette électro, que la guitare est présente et où une cornemuse nous siffle dans les oreilles, la composition de la quasi totalité de l’album est faite de programmations synthétiques. Au final, koRn est là par l’ambiance dégagée par les morceaux, approchant l’époque See You On The Other Side/Untitled (Chaos Lives In Everything, My Wall qui nous rappelle Coming Undone). Seule la voix de Jonathan Davis nous rappelle que nous sommes chez les gars de Bakersville, et encore celui-ci s’économise en régurgitations vocales. Pour le reste, la programmation électro ne sont pas mauvaises, loin de là. Narcissistic Cannibal ou Sanctuary sont plutôt sympa dans leur genre rentre-dedans. En conclusion, une excursion qui fera beaucoup parler, qui fera définitivement lâcher prise aux auditeurs dubitatifs ou qui donnera matières à beaucoup de critiques. Mais en s’ouvrant l’esprit et en faisant fis du reste de la discographie de koRn, Path Of Totality attirera l’attention et révèlera ses qualités avec le temps, plusieurs écoutes étant nécessaires pour mieux l’appréhender.

Total
0
Shares
Related Posts
Read More

WYE OAK, Civilian

Merge//City Slang/PIAS/2011 En ces temps où les chanteuses à guitare (Anna), piano (Agnès) et autoharp (Polly Jean) font…
%d blogueurs aiment cette page :