Logo Sensation Rock

L’ALBUM OUBLIE DE LA SEMAINE : JOHN MARTYN, Solid Air

Island/1973

Ce disque est une merveille. Bless The Weather l’était déjà. Avec le recul, on se dit que John Martyn a laissé un héritage incroyable à la musique rock. Il est sorti en février 1973 et rend hommage à Nick Drake, son pote, un des cadors de la musique et du genre (mort un an et demi après la sortie du LP). C’est donc « son album ».
Très consistant, l’album, sorti en 1973, est un mix de folk, blues, jazz. Au travers de ce disque très profond et puissant, on peut constater que John Martyn est au sommet de son art, qu’il est novateur et inspiré. On se rend mieux compte de toute la palette musicale qui est la sienne. Ce disque est un album important de sa carrière. Bien sûr, encore et toujours des perles : notamment la chanson titre, un message d’une grande simplicité sur le lien qui l’unissait à Nick Drake. Jazz-folk doux et chaud, le morceau Solid Air est un petit chef d’œuvre. A l’image de l’album. Avec une belle guitare acoustique, le doux jeu de contrebasse de Thompson le fidèle, une ambiance chaleureuse, colorée de sax et de piano, dans laquelle s’insère judicieusement une merveilleuse voix : celle de Martyn.
Jusqu’à la fin du LP, cette guitare inventive, cette voix qui peut être susurrée pour se muer, aussitôt dit, aussitôt fait, en un hurlement, ainsi que ce line-up expérimenté (Danny et Richard Thompson, Nicol, Coe, Draheim…) se mêlent habilement pour séduire l’auditoire. Ces belles mélodies, à l’image de May You Never, ont attiré l’attention de Clapton himself (qui en a fait une reprise en 1977) et ont servi de trame musicale au film Titanic de 1999. Merveilleux.

Total
9
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :