Logo Sensation Rock

MY LADY’S HOUSE, Festival TGV GéNéRiQ w/ Cocoon

Dimanche 12 décembre 2010, Théâtre Musical, Besançon.

Souvent comparés à défaut à Cocoon, les bisontins de My Lady’s House saisissent l’opportunité du festival TGV Généric pour démontrer le mauvais fondement de cette théorie. Et ce ironiquement en première partie des Clermontois. MLH nous livre un set entre folk des grandes plaines et rock intimiste durant 38 minutes qui paraitront bien courtes.
Le concert commence avec “The Long-Legged Man”, un entremêlement voix-guitare posé, comme pour saisir le public par la main afin de le conduire dans un voyage mélancolique au pays de Jarmusch. Puis vient “Once”, un des morceaux phares de l’album “West of the Sun Stories”, aux paroles de résignation, contredisant la philosophie Nietzschienne. Les titres s’enchaînent ensuite dans ce monde avec le très Juradien “Studying Rain” avec son accord de banjo ravageur ou encore “Not Alone” qui pourrait presque paraître comme joyeux.
Puis la fin du set se fera plus électrique, comme par besoin d’exorciser toute cette mélancolie par un son rageur. Nous avons alors droit à “Flivers” morceau initialement acoustique mais sublimé par le son électrique. Puis le très efficace “Before the Rain” où, une fois n’est pas coutume, MLH penche vers la pop. Ce morceaux reliant encore plus le public à sa cause.
Le show se clôturera avec la dernière compo du groupe, “Falcon Lake”, morceau épique qui semble ne devoir jamais se finir, où on sent la présence du Neil Young de la face B de “Rust Never Sleeps”.
My Lady’s House a donc ouvert avec grande classe ce festival. Seul regret : pas de rappel. Et non, il ne faut pas mettre en retard le bus clermontois.

Total
0
Shares
Autres publications
%d blogueurs aiment cette page :