Logo Sensation Rock

Egyptian Blue / A Living Commodity

Nos petits chouchous british d’Egyptian Blue sont enfin de retour avec, cette fois-ci, un premier véritable album. A Living Commodity, paru via Yala! Records, succède à une kyrielle d’EPs dont Body Of Itch en 2019. Puis Covid et confinements sont passés par là, brisant d’un coup net l’élan du quatuor établi à Brighton.
Musicalement, dans le style, rien n’a changé chez Egyptian Blue. Énergie, fougue et bonnes grattes font toujours autant le sel de la bande à Andy Buss, chanteur et guitariste de la formation britannique.
Un album de 11 morceaux sur lequel les fans retrouveront quelques standards figurant sur les divers EPs d’Egyptian Blue, notamment les virevoltants To Be Felt ou encore Nylon Wire.

A Living Commodity débute tout en intensité avec des morceaux dynamiques et courts, à savoir le single Matador, Nylon Wire et Belgrade Shade. Les quatre british, Andy Buss en tête, sont ravis de transmettre leur musique estampillée post-punk aérien et nous démontrent que la verve d’avant Covid ne s’est pas évanouie en chemin.
On prête à la formation de Brighton de réelles similitudes avec Foals, pas si faux que ça puisqu’Egyptian Blue est en quelque sorte parrainé par le groupe du volubile et volcanique Yanis. La géniale ballade A Living Commodity, qui a donné son titre à l’album, donne entière parole aux guitares aériennes justement popularisées par Foals. To Be Felt, autre single dévoilé avant sortie, recèle également un jeu de grattes identique aux interprètes de My Number et autres Neptune.

« Nous avons construit cet album en laissant au maximum s’épanouir nos propres émotions », dixit Andy Buss lors d’une récente interview et il est aisé de le confirmer, tant le quatuor britannique paraissait depuis ses débuts peu enclin à faire du sentiment dans sa musique. Avec A Living Commodity, il en va donc tout autrement, Egyptian Blue se décidant à sortir les guitares pleureuses, comme on dirait des violons. Au nombre de ces ballades citons Geisha, premier extrait de cette galette aux influences groovies, voire trip-hop. Il y a pourtant plus émouvant et onirique, à savoir la somptueuse Apparent Cause qui voit l’absence de la batterie et surtout A Living Commodity, tant psyché qu’aérienne. De quoi nous faire saliver, nous mettre l’eau à la bouche lorsqu’Egyptian Blue passera par notre Rodia de Besançon le 22 novembre à 19 heures. Reste à espérer que ce superbe morceau A Living Commodity aura bien sa place au programme des réjouissances. Connaissant Egyptian Blue, le doute quant à un concert de haute volée n’est plus permis, le quatuor britannique ayant déjà fait ses preuves par le passé, dans le cadre du festival Détonation toujours à la Rodia.

La bande à Andy Buss n’offre certes rien de novateur ni révolutionnaire, mais reconnaissons-lui le mérite de fédérer, quoi qu’elle propose, un large public. Le style de ces quatre britanniques plaît, fait mouche et c’est bien là l’essentiel. Les singles Matador, Geisha ou encore To Be Felt ont donné un large aperçu de ce dont Egyptian Blue pouvait nous gratifier: rythme, intensité et riffs cinglants autant qu’aériens de guitares.

Réentendre Egyptian Blue, qui plus est avec ces 11 morceaux de grand niveau, est un plaisir non dissimulé. La recette coutumière fonctionne avec, en supplément, une émotion palpable dès les premières notes d’Apparent Cause, Suit Of Lights et encore plus A Living Commodity.
Résultat des courses: un bilan plus que positif pour ce premier LP d’Egyptian Blue que, sans aucun doute, Andy Buss et ses trois acolytes défendront bec et ongles le 22 novembre prochain à la Rodia de Besançon. Petit rappel: début du concert à 19 heures, à l’heure fatidique de l’apéro.

A Living Commodity: entre ombre et luminosité, dynamisme et psychédélisme!

Notre sélection: A Living Commodity, To Be Felt, Apparent Cause, Nylon Wire.

Total
0
Shares
Related Posts

BEYONCE, 4

Sony/2011 “Beyoncé, fais-moi rêver autrement qu’avec tes photos”, me dis-je au moment de lancer la lecture de son…