Logo Sensation Rock

The Luka State, More Than This

More Than This, second opus des britanniques de The Luka State, vient enfin de débarquer chez Thirty Tigers, cela après une énorme pluie de singles tombée en cascades dans nos petites cages à miel. C’est “Oxygen Thief “qui, l’an dernier, avait donné le coup d’envoi de cet amoncellement de singles, suivi de près par “Bring Us Down”, “Stick Around” ou encore le génial “Two Worlds Apart”, petit dernier de la bande.
Un album qui n’est donc plus tellement une découverte puisque, sur les 12 morceaux qui le constituent, 6 ont déjà été dévoilés en singles, belle façon de faire de la promo mais qui, il faut bien l’avouer, enlève tout attrait de la nouveauté. On ne saurait pourtant en vouloir à la formation originaire de Winsford (Cheshire, Nord de l’Angleterre), le quatuor emmené par Conrad Ellis s’étant littéralement surpassé pour nous gratifier d’un album incroyable et franchement digne de ce nom !

Tout a commencé durant la pandémie durant laquelle Conrad Ellis officiait en tant que livreur dans une banque alimentaire, témoin de la misère de ces personnes qui, même avec quelques sous, ne pouvaient manger à leur faim. Conrad en a conçu une réelle révolte, laquelle s’est traduite dans l’écriture des morceaux qui allaient constituer cet album More Than This (Conrad évoque également The Trussell Trust, organisme chargé de gérer les diverses banques alimentaires d’Angleterre).
“More Than This”, morceau éponyme de l’album, aborde précisément la frustration de Conrad Ellis face à cette misère ambiante durant la pandémie, criant à l’injustice envers tous ceux qui ne pouvaient se nourrir décemment.

Dans ce nouvel effort de The Luka State, d’autres thèmes sont traités, tout aussi dramatiques que la famine : le Brexit évidemment, les errances du gouvernement, mais aussi la facilité avec laquelle les grandes gueules malintentionnées se permettent de descendre en flèche ceux qui cherchent à s’en sortir. C’est “Bring Us Down” qui évoque le mieux ce ras-le-bol de Conrad fustigeant copieusement ces crétins qui pérorent pour ne rien dire, à part faire le mal et cristalliser la haine autour d’eux.
Dans “Oxygen Thief”, s’entendent des cris de rage où apparaît, de temps à autres, le mot « fuck », c’est dire la colère qui anime Conrad et sa bande de “Bring Us Down” à “More Than This”, autrement dit sur tout le début de l’album où The Luka State, perdant toute contenance, apparaissent comme des ados énervés, révoltés contre tous les maux dont souffre cette pauvre Angleterre.

Pour autant, More Than This ne se résume pas qu’à de la rage, Conrad décrivant cet album comme un voyage progressif vers le positif. Dans cette seconde partie d’album donc, le quatuor de Winsford tend à se composer un visage moins rigide et adopte une attitude plus mature, les compos convergeant vers des thèmes plus fertiles en émotion.
«Quiconque tombe et touche le fond peut toujours, à force de volonté, se relever et rebondir », ce sont les propres mots de Conrad Ellis pour parler, à cœur ouvert, de son expérience personnelle mais aussi de célébrités telles que Joe Talbot d’Idles et le boxeur Tyson Fury qui, comme lui, ont connu la chute avant le rebond et le retour en grâce. Le fait de se relever après avoir côtoyé les abysses est abordé par “Tightrope (Walking On A Wire)”, un morceau plein de vie et d’espoir. Malgré la chute vertigineuse, toute renaissance s’avère possible !

More Than This débute en révolte adolescente pour s’achever en douceur avec “Moovie”, délicieuse ballade en duo guitare acoustique/voix de Conrad. Surprenant de la part de The Luka State qui, le temps d’un morceau, abandonne la batterie et les grosses guitares. Pour une conclusion en lègèreté, c’en est une avec ce somptueux “Moovie” qui nous dévoile une facette insoupçonnée de The Luka State.

Dans cet album, les paroles occupent une part prépondérante mais, malgré tout, la musique a son mot à dire. Mis à part sur “Moovie” bien évidemment, le quatuor de Winsford nous offre du lourd : du bon rock comme on l’aime sur des morceaux musclés et accrocheurs. Citons par exemple l’énorme “Losing Streak” et ses guitares aériennes, l’un des grands temps forts de cet album au même titre que “Two Worlds Apart” et surtout le tout aussi sulfureux “Tightrope (Walking On A Wire)”. Conrad et sa petite clique ne se laissent pas conter Florette, distillant tout au long de cet album More Than This un rock rentre-dedans et sans concessions.
N’oublions pas des morceaux tels que “Matter Of Fact”, “Bring Us Down” ou “Swimming Backwards” qui, sans pour autant nous faire sauter au plafond, méritent d’exister parmi les 12 standards.

Notre impatience de voir ce nouvel opus se matérialiser a donc été grassement récompensée. Du lourd nous était promis par The Luka State, force est de constater que nous l’avons eu avec cet album More Than This ! On ne prendra pas grand risque en affirmant que cette nouvelle livraison du quatuor de Conrad Ellis pourra prétendre légitimement à une place dans les hauteurs des classements albums de l’année. Sur More Than This, rien n’est à jeter, tout y est : bon gros rock qui déchire et arrache, révolte et grands moments d’émotion, sur le planant “Moovie” comme sur le trépidant “Tightrope (Walking On A Wire)”. « Le groupe très connecté », tel que Conrad aime à surnommer sa formation, n’oublie jamais ses fans, qu’ils soient ou non des internautes compulsifs.
Le quatuor de Winsford défendra ce nouvel album notamment le 18 avril au Supersonic de Paris.

More Than This de The Luka State : puissance rock, intensité et adrénaline sont à leurs paroxysmes !

Notre sélection : Losing Streak, Tightrope (Walking On A Wire, Two Worlds Apart, Oxygen Thief.

Total
0
Shares
Related Posts
Read More

DEVENDRA BANHART, Mala

Nonesuch Records/Warner/2013 Aah, Devendra Banhart, c’est le jour et la nuit. Sa longue et grasse chevelure devenue courte…