Logo Sensation Rock

Charlie Winston, As I Am

« Le bonheur est partout ! » C’est la phrase qui revient souvent lors des diverses interviews de Charlie Winston et sûr que le plus français des britanniques nage en plein dans ce bonheur ! Depuis 5 ans, Charlie réside à Nice avec son épouse française, alors que le Royaume-Uni le connaît très peu. Quand on dit que nul n’est prophète en son pays, ça a du vrai !
Quiconque a déjà entendu Charlie Winston en interview peut juger de son excellent français, avec une légère pointe d’accent britannique mais tellement craquant et parfait.

Charlie Winston nous gratifie donc d’un nouvel album baptisé As I Am, mine de rien déjà le cinquième, paru chez le label Tôt Ou Tard/VF Musiques.
En 2008, on apprenait à connaître ce charmant gentleman avec “Like A Hobo”, morceau aux intonations Amérique profonde. Et pour Charlie, en ce temps-là, tout marchait comme sur des roulettes ! Tout le monde se l’arrachait : radios, télévisions et surtout festivals. Rien que son passage au GénériQ affichait complet ! Mais, c’est bien connu, le succès ne dure qu’un temps et chaque médaille à son revers. Une redoutable traversée du désert est passée par là, reléguant le hobo dans les profondeurs du passé. Il faut dire aussi que les productions de Charlie n’étaient pas à la hauteur des espérances, que les médias n’avaient d’autre alternative que de le bouder. Puis, ce 30 septembre, le renouveau est arrivé avec As I Am, un cinquième opus de 14 morceaux, dans lequel le sieur Winston se livre tel qu’il est, à savoir sans détours ni filtres.

Pour As I Am, le franco-britannique a tout changé, jusqu’au producteur qui n’est autre que Vianey. Mais oui, celui de « pas là » et de « je m’en vais ! » Sur l’album, le français ne se contente pas de produire, il chante et en anglais dans le morceau “Shifting Paradigm“, accompagnant merveilleusement Charlie lors de cette ballade guitare/voix.

Le leitmotiv d’As I Am est donc la perpétuelle recherche du bonheur, qu’il soit individuel ou collectif. « Un jour, j’étais déçu à cause d’une broutille mais trois heures plus tard, une autre chose positive de peu d’importance me comblait de bonheur » dira Charlie Winston dans un entretien radiophonique, tout cela pour dire que le bonheur réside dans les choses les plus simples.

Sur le plan musical, Charlie est revenu aux fondamentaux, à ce qui fit son succès avec l’album Hobo, c’est-à-dire de magnifiques ballades pour piano et guitare. Et sur As I Am, Dieu sait qu’elles sont légion : “Exile”, “Limbo”, “This Too Shall Pass” ou encore “I Will Never Hold You Back” pour le piano, “Echo”, “Open My Eyes” et “Sweet Tooth” notamment au chapitre guitare.
Jamais, depuis Hobo, des compos de Charlie Winston n’avaient été aussi empruntes d’émotion, si palpable sur “Limbo” et “I Will Never Hold You Back” pour ne citer que ces deux morceaux.

As I Am, on l’a dit, c’est aussi une affaire de duos, au nombre de deux : “Shifting Paradigms” avec Vianey et “Don’t Worry About Me” où Charlie est accompagné d’Ibrahim Malouf. Sans faire injure à la trompette d’Ibrahim, “Shifting Paradigms” avec Vianey est le duo le plus symbolique puisqu’il réunit un producteur et son poulin mais surtout, à l’image de “Sunflower” pour Tamino et Angel, la mise à l’écart du franglais tant décrié. Et force est de constater que Vianey se colle plutôt bien à cet exercice de la langue de Shakespire, ayant pour une fois daigné abandonner celle de Molière. “Shifting Paradigms”, soyons honnête, n’est pas le meilleur morceau d’As I Am mais en demeure une belle surprise.

En dépit de ces somptueuses et émouvantes ballades, certaines compos d’As I Am conservent un certain dynamisme, telles qu’Overprotective, le vivace et entêtant Algorithm ou encore Letter From My Future Self, morceau synonyme de retombée de Charlie dans sa période boum boum, celle qui hélas pour lui fut la cause de sa décadence. Mais il ne s’agit là que d’un simple accident, le tir étant rectifié magistralement par “Limbo” et “I Will Never Hold You Back” notamment.

Entre morceaux rythmés et ballades, il y a les intermédiaires, les juste milieux comme “Sweet Tooth” (nouveau single), “Open My Eyes” et “Don’t Worry About Me”, ce fameux duo avec Ibrahim Malouf. Une musique au ton enjoué et de la belle guitare sèche caractérisent ces trois compos.

Avec As I Am, Charlie Winston nous offre l’un de ses albums les plus intimes et intimistes, revenant à la recette magique de sa gloire passée. Letter From My Future Self motivait en nous cette réflexion : « Charlie Winston persiste dans le boum boum et le trop commercial, ça ne changera jamais ! » Blindés que nous étions, la cause était entendue depuis belle lurette mais, oh surprise, le magnifique Echo et ses petits sifflements style Like A Hobo ont fait leur apparition au nombre des singles, le non moins fabuleux “Sweet Tooth” venant de prendre le relais et confirmant ce renouveau de Charlie Winston cuvée 2022. Le publique bisontin pourra le constater en venant nombreux à la Rodia le 2 février où Charlie sera la tête d’affiche.

As I Am : le retour aux sources d’un artiste délaissé par le passé mais qui revient en pleine lumière après une vertigineuse descente aux enfers.

Notre sélection : Limbo, I Will Never Hold You Back, Exile, Echo, Unconscious.

 

Total
3
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :