Logo Sensation Rock

Highly Suspect, The Midnight Demon Club

Retour des américains de Highly Suspect, trois ans après MCID. Le quintet originaire du Massachusetts nous gratifie de son quatrième opus qui a pour titre The Midnight Demon Club.

Jusqu’en 2019, Highly Suspect n’était qu’un trio composé de son chanteur et guitariste Johnny Stevens ainsi que de la fraterie Meyer (Rich et Ryan) aux basse et batterie. Puis les trois lascars ont été rejoints par Matt Kofos en seconde guitare et Mark Schwartz au synthé.

En terme de groupe caméléon, il n’y a pas de meilleur exemple que Highly Suspect, pouvant sans vergogne aucune passer de l’électro groovy au rock bien rentre-dedans. The Midnight Demon Club, distribué par Road Runner Records, en est la preuve irréfutable. Chez les Highly, tout le monde est à la planche et personne n’est lésé.

Les thèmes des compos gravitent autour de la perte de l’être cher et de la vie qu’il faut croquer à pleines dents pendant qu’on le peut encore, qu’il en est encore temps. Une question se pose inlassablement: comment se relever de la perte de cet être que l’on aimait tant. A l’envi et à grands renforts d’éclats vocaux surpuissants, Johnny Stevens martèle, exhorte son auditoire à profiter de chaque instant, à bouffer de cette vie jusqu’à satiété même si celle-ci n’est pas toujours facile.

Sur le plan musical, Highly Suspect est capable d’endosser n’importe quel costume, celui d‘un groupe rock comme celui d’une formation électro. Ainsi, Natural Born Killer et ses arrangements à la Imagine Dragons diffèrent en tous points du punk rock estampillé Parkway Drive de Pink Lullabye. Que dire aussi de la ballade guitare/voix Wild Eyed Song et de l’électro groovy d’Ice Cold qui ne manquent pas de diversités musicales.

Le fil rouge de The Midnight Demon Club, ce sont ces ballades au son aérien qui vous transporte ailleurs et permet l’évasion, surtout par le truchement des nappes de claviers distillées par Mark Schwartz auxquelles il faut ajouter les guitares et cette voix de stentor adoptée par Johnny Stevens. Parmi celles-ci, citons Need To Say, The Sound ou encore Cool Kids. Le quintet du Massachusetts se montre plus en forme que jamais en atteignant, avec ce quatrième album, le sommet de son art.
Certaines voix reprocheront à Highly Suspect de trop en faire, de forcer son talent, particulièrement durant leurs concerts. Johnny Stevens est plus que tous les autres membres pointé du doigt, hurlant à pleins poumons pour, selon les dires des détracteurs, épater la galerie. Pourtant, sur albums, il en va tout autrement et il serait bien inconvenant de juger une formation rien qu’à ses prestations scéniques. Les 12 morceaux de The Midnight Demon Club sont un permanent voyage à travers les styles musicaux, un maillage d’ambiances tant planantes (Natural Born Killer, Evangeline) que survoltées rock (Pink Lullabye, New California). Les Highly en font peut-être des caisses mais, à écouter The Midnight Demon Club, on se dit que ces américains sont vraiment incroyables, qu’ils ont plus d’un tour dans leur sac !

The Midnight Demon Club, loin d’être un album révolutionnaire, s’apprécie néanmoins du seul fait de sa diversité musicale. Du rythmé New California à l’onirique ballade Evangeline, du punk rock énervé de Pink Lullabye au spatial Ice Cold, ce quatrième effort de Highly Suspect offrira de quoi contenter vos cages à miel et vous faire voyager à travers les univers !

The Midnight Demon Club de Highly Suspect : un périple de 12 morceaux que l’on aimerait plus long !

Notre sélection : New California, Evangeline, Wild Eyed Song, Cool Kids, The Sound.

Total
1
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :