Logo Sensation Rock

Myles Kennedy, The Ides Of March

Voici le grand retour de Myles Kennedy, non pas avec Alter Bridge ni en accompagnement de Slash, mais en solo sous sa propre bannière. Ce second album de Myles a pour titre The Ides Of March et fait suite à Year Of The Tiger paru en 2018, opus qui rendait un vibrant hommage au père disparu du chanteur. The Ides Of March ressemble très peu à Year Of The Tiger qui se révélait essentiellement acoustique. Sur ce nouvel album, Myles Kennedy s’aventure dans divers styles, que ce soit le rock, le blues et même la country. The Ides Of March a été façonné en Floride, sous la houlette du producteur Michael Elvis Baskette. Myles s’est également entouré d’amis de toujours, à savoir le batteur Zia Uddin et le bassiste Tim Tournier. On ne fait jamais aussi bien les choses qu’entre vieux complices!

 

Quatre singles ont été dévoilés avant la sortie de l’album, donnant un grand aperçu de ce qu’il serait et avouons que les 11 morceaux qui le constituent ne souffrent d’aucune déception. In Stride, premier single, donnait le ton d’un Myles Kennedy d’une succulente cuvée 2021. In Stride oscille entre blues dans son début et bon gros rock avec un Myles déjà en plein boom vocal. À signaler, pour l’anecdote, que le clip de ce premier single a été réalisé par Stefano Bertelli, l’auteur par exemple de Native Son sur le dernier album en date d’Alter Bridge.

In Stride fut composée durant le premier confinement, à l’époque critique où les gens jetaient leur dévolu sur les diverses denrées comme si leurs vies en dépendaient, ce qui motiva cette réaction de Myles: « j’ai commencé à me demander s’il serait sage de ne pas réagir de manière impulsive, de garder son calme et de continuer. » Continuer, c’est ce que Kennedy a fait, sans bien évidemment négliger le contexte actuel mais en ne voulant rien changer à son tableau de marche, c’est tout à son honneur!

The Ides Of March est arrivé en tant que second single extrait de ce LP. The Ides Of March donne son titre à l’album et on comprend aisément pourquoi! Ce morceau est une magnifique ballade durant pas moins de 7 minutes. Tout commence par une guitare acoustique qui chatouille les oreilles avec une voix de Myles donnant à fond dans les graves, puis ça s’emballe en formidables riffs de guitare électrique alors que la voix de Kennedy sonne de plus en plus aiguë et assurée. The Ides Of March est déjà un moment d’anthologie de cet album, de par sa longue durée mais aussi par ces incessants changements d’ambiances. Des ballades comme celle-ci, on en réclame à grands cris!

Le rock, le rythme, pas besoin de les chercher bien loin, on les trouve sur Get Along (troisième single) où Myles se montre au sommet de son art. On se croirait presque à l’écoute d’un morceau d’Alter Bridge, tellement Get Along en est digne.

L’influence Alter Bridge, elle est encore plus omniprésente sur A Thousand Words totalement rock ainsi que Wake Me When It’s Over où les guitares rugissent tant qu’elles peuvent. Tell It Like It Is est du même acabit, bien que davantage tourné vers le blues. Au début de ce morceau, les premiers riffs de guitare font penser à On The Rocks de Blackbird Hill ou encore à Mother God extrait du dernier album de Datcha Mandala. Tell It Like It Is fait ressentir, à son écoute, toute la panoplie de l’Amérique profonde. Justement, de vastes étendues et de campagne, il en est beaucoup question sur cet album The Ides Of March, toute l’Amérique sauvage étant dépeinte par les somptueuses ballades intitulées Love Rain Down très blues, Moonshot à dominante country et Worried Mind de nouveau blues.

Love Rain Down, pour revenir à ce morceau, vient d’ailleurs d’être dévoilé comme quatrième single, confortant ainsi la fulgurante médiatisation de ce second album de Myles Kennedy, en tous cas pour ce qui concerne les singles.

N’oublions pas non plus Wanderlust Begins et Sifting Through The Fire, deux ballades légères et bon enfant représentant le style country.

The Ides Of March est la preuve, s’il en était encore besoin, que Myles Kennedy peut avoir du succès sous son unique identité sans avoir à se réfugier derrière Alter Bridge ou Slash.

Year Of The Tiger n’a pas apporté à Myles la médiatisation qu’il aurait mérité mais The Ides Of March et les quatre singles qui en découlent s’en sont chargés à merveille. Kennedy n’a pas manqué d’inspiration, cette période difficile ne l’ayant apparemment pas freiné dans l’élaboration de l’album et les conséquences plaident en la faveur du songwriter américain: The Ides Of March, album multistyles, est une véritable réussite et notre impatience quant à son arrivée a été grassement récompensée! Maintenant, à charge pour nous de l’apprécier comme il se doit, tant Myles Kennedy le mérite! À nous de jouer donc!

-Jean-Christophe Tannieres

 

Total
1
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :