Logo Sensation Rock

Weezer / Van Weezer

Encore un album qu’il a fallu attendre des mois, Van Weezer de Weezer. Il nous était annoncé depuis septembre 2019 et ce teasing
concernant le Hella Mega Tour regroupant Weezer, Green Day et Fall Out Boy. Cette annonce n’est pas venue seule, le single The End 
Of The Game ayant également été dévoilé. Avec Hero, dédié au personnel soignant durant la pandémie, tous deux seraient les fers de 
lance de ce futur album, lequel vient enfin d’éclore.

Van Weezer est le quinzième album du quatuor californien, succédant entre autres à Pinkerton (96), au Green Album (2001), Make 
Believe (2005) mais aussi et surtout à Okay Human paru le 29 janvier histoire de nous faire patienter avant l’arrivée de Van Weezer.

Une attente qui valait le coup car Rivers Cuomo et sa bande n’ont pas fait les choses à moitié! Si Okay Human s’est révélé plus proche 
des Beatles et tout en cuivres, Van Weezer renoue avec le rock auquel la formation californienne nous avait habitué sur des albums 
tels que le Green Album, Maladroit (2002) ou encore Make Believe et même Hurley en 2010.

Van Weezer est un mélange de pop du style I Land In The Sun ou Beverly Hills et de rock atteignant le métal. Manifestement, Rivers et 
ses boys devaient avoir envie d’en découdre au plus vite et de satisfaire nos envies de riffs de guitares acérés. Avec Van Weezer, c’est 
chose faite et cela dès The End Of The Game qui ouvre le bal.Ce morceau exhale un parfum de 80’s avec des sonorités de guitare à la 
Van Halen. Il ne sera alors point ridicule d’établir un rapport entre Van Halen et Van Weezer, tant l’intro de The End Of The Game 
rappelle les grands standards du groupe de feu Eddie.

All The Good Ones, quand à lui, n’est pas sans nous faire penser à Beverly Hills qui fut un grand succès de Weezer : très pop, rythme 
lent et voix tonitruante de Rivers.

Le son pop, on y reste avec le génial et entêtant I Need Some Of That qui est le troisième single dévoilé il y a peu, reconnaissable aux 
beats de batterie qui le débutent et aux guitares qui prennent aussitôt le relais. Avec Rivers et les choeurs, on se prend à chanter 
« I Need Some Of That » de la même façon que l’on ferait ses gammes sur « I Land In The Sun. » Impossible qu’« I Need Some Of That » 
ne devienne pas un tube en puissance, éclatant de bonnes guitares et d’entrain.

Arrive Hero, entre rock et émotion qui prend aux tripes à l’écoute de la voix de Rivers chantant « Never Walk Alone » autant de fois 
qu’il est nécessaire. Il est important de dire ici à quel point ce morceau nous a bouleversé, déboulant comme une véritable bouffée 
d’air pur et salvateur dans une période critique, pour les malades comme pour le personnel soignant. Grâce à Hero, on s’est accrochés et on a tenu le coup tant bien que mal! Combien de fois a-t-on pu écouter ce superbe morceau en pensant silencieusement au personnel soignant auquel Weezer, le plus humainement du monde, l’a dédié.

Du rock comme s’il en pleuvait sur Sheila Can Do It, Blue Dream ou encore 1 More Hit sur lequel on note des riffs estampillés Metallica, 
très précisément dans l’introduction. Avec 1 More Hit, Weezer ose sortir des sentiers battus et surgissent sur un terrain où on ne les attendait pas, surprenant agréablement.

Beginning Of The End et She Needs Me surprennent également par leurs intros lentes en duo guitare/voix avant que le gros rock ne 
fasse son entrée dans la danse, un art du contre-pied dont seul Weezer peut nous gratifier.

Un album résolument rock qui se conclue sur une petite ballade intitulée Precious Metal Girl, ce qui offre à nos petites cages à miel un
peu de douceur bien méritée. Décidément, ce quatuor californien n’a pas fini de nous surprendre!


Van Weezer et ses dix morceaux peuvent donc s’écouter désormais sans soucis, tellement attendus qu’ils ont été en dépit de 
The End Of The Game et Hero, sans oublier I Need Some Of That. On ne prendra pas grand risque en affirmant que ce quinzième 
opus de Weezer sera l’un des grands albums de cette année, les trois singles déjà dévoilés lui assurant un succès indéniable. Il y a en 
outre l’espoir, pour Rivers et sa bande, de pouvoir défendre Van Weezer lors du Hella Mega Tour fixé, si tout se présente pour le mieux, 
en 2022. Enfin ça c’est encore une autre histoire, chaque chose en son temps. Van Weezer est là, il faut s’en satisfaire et désormais
compter avec lui!
Total
0
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :