Logo Sensation Rock

The Offspring, Let the Bad Times Roll

The Offspring est de retour avec Let the Bad Times Roll, leur nouveau disque après neuf années d’absence ! Les conflits avec leur ancien label, Columbia, ont contribué au retard, tout comme la pandémie. Le disque marque la troisième collaboration avec le légendaire producteur Bob Rock, qui a joué un rôle clé dans la créativité de The Offspring, en les poussant à tirer le meilleur parti des chansons que les fans connaissent et aiment, avec toujours ce style caractéristique skate-punk rock qui a fait la renommée du groupe.

L’album s’ouvre sans préliminaires avec This Is Not Utopia, qui partage certaines choses en commun avec Slim Pickens Does the Right Thing and Rides the Bomb to Hell, bien que le thème sociopolitique soit différent, en particulier sur la façon dont les médias alimentent la culture de la peur au cours des 20 dernières années. Le titre offre une esthétique pop-rock avec des power chords à profusion et une mélodie optimiste qui contraste avec des paroles cyniques.

La chanson éponyme de l’album et premier single, Let the Bad Times Roll, est très efficace. Ses couplets agressifs et lancinants à la guitare, associés à des refrains catchy créés une belle dynamique. L’alchimie du duo dynamique composé du chanteur Dexter Holland et du guitariste Noodles fonctionne toujours, même après tant d’années passées ensemble.

Gone Away, est un titre dépouillé d’artifices, voix-piano avec des notes de cordes qui sont aussi belles qu’obsédantes. Cependant, même si certains morceaux fonctionnent très bien, d’autres n’ont presque aucun intérêt. A l’instar du titre We Never Have Sex Anymore, on croirait presque que Dexter Holland a réécrit Self Esteem pour une population vieillissante de baby-boomers impuissants qui hésitent à divorcer. Idem avec In the Hall of the Mountain King, ce riff que tout le monde connaît et qui reste dans la tête mais cette reprise n’a aucun lien avec les autres morceaux de l’album (ni aucun sens, s’il faut en chercher un).

Revenant à l’esthétique punk traditionnelle, The Opioid Diaries est une critique cinglante de la crise des opioïdes aux États-Unis et de la tendance des médecins à prescrire toujours plus de pilules au lieu de soins de qualité.

Ce nouvel album d’une trentaine de minutes seulement contient tous les ingrédients clés pour réussir, mais il est difficile de s’y connecter et de rentrer dedans. Bien que certaines chansons soient accrocheuses, elles risquent de ne pas avoir la longévité de leurs succès les plus connus. Avis en demi-teinte donc, c’est dommage après toutes ces années d’absence.

Artiste : The Offspring

Album Let the Bad Times Roll

Label : Concord Jazz

Date de sortie : 16 avril 2021

Genre : punk / rock

Catégorie : Album rock

Total
0
Shares
Related Posts
Read More

WYE OAK, Civilian

Merge//City Slang/PIAS/2011 En ces temps où les chanteuses à guitare (Anna), piano (Agnès) et autoharp (Polly Jean) font…