Logo Sensation Rock

Fantomes / IT’S OK

Partons à la découverte d’un petit groupe parisien qui pense et respire bon gros rock.

Fantomes est un duo formé de Muss et de Paul, deux zikos qui abattent le travail d’un quatuor ou d’un quintet. À eux deux, Muss et Paul gèrent l’écriture des paroles 
ainsi que la musique, de la batterie au chant en passant par la guitare.

L’aventure de Fantomes a démarré en 2018 avec un EP qui n’avait d’autre appellation, on vous le donne en mille, que Fantomes. Mais au fait, pourquoi ce nom de 
Fantomes? La réponse est toute bête, apportée par les membres du groupe eux-mêmes : « Nous étions comme des fantômes derrière le bar, nous nous sentions invisibles. 
De fait, nous écrivions des chansons pour échapper au spleen quotidien ». Tout à fait compréhensible pour avoir besoin d’exister, de se sentir utiles. Et le groupe de 
renchérir, du point de vue musical cette fois: « Lors de notre premier concert à la Méca (NDLR : un petit bar parisien), nous jouions très fort, nous maltraitions nos 
instruments histoire de faire sortir cette frustration de ne pas avoir vécu la vie dont nous rêvions dans notre enfance ».

Le duo parisien vient de franchir une étape décisive, c’est-à-dire l’enregistrement et la sortie d’un LP. Celui-ci s’intitule It’s Ok et comporte 10 morceaux.

Le panel d’influences de Fantomes est on ne peut plus étendu, on le sent dès la première écoute de l’album. Cela commence par les Strokes pour virer en direction d’autres
artistes français comme MNNQNS et Th Da Freak.

Le rock proposé par Fantomes est énergique, sans concessions, mais en gardant tout de même quelques accents mélancoliques. Ce spleen non dissimulé est présent sur 
Brother et Bored, deux superbes ballades aucunement ennuyeuses.

Cependant, c’est par du rock rageur et ravageur qu’It’s Ok s’inaugure. Rainbow distille des riffs de guitare à la mode 70’s propres à Jimi Hendrix ou même Janis Joplin. 
Quant à la voix, elle prend des accents de Kurt Cobain avec des hurlements gutturaux. Autant dire qu’It’s Ok démarre sur les chapeaux de roue, Muss et Paul entrant dans 
le vif du sujet sans le moindre round d’observation.

Easy s’avère un peu plus soft, faisant retomber l’adrénaline impulsée par Rainbow. City At Night et Rain demeurent dans la même veine même si, avec des fourmis dans 
les mains et la voix, le duo parisien conserve des velléités offensives et explosives. Rain, tout comme Back With The Sun, figuraient déjà sur le EP de 2018 avec 
Mountain et Along. De ce fait, ceux qui connaissaient Fantomes à l’époque ne seront pas déçus et retrouveront ces deux morceaux sur It’s Ok. Bored fait étrangement 
penser à ce magnifique slow interprété par Slow Pulp, l’une des formations montantes du moment. Le rythme s’accélère de nouveau mais légèrement néanmoins avec 
Back With The Sun, compo qui occasionne un retour aux influences 70’s. Muss et Paul ne font pas que du brutal, ils savent nous prodiguer des morceaux aux mélodies 
bien construites et posées. Pourtant, Sometimes fait monter la température d’un énorme cran. Fantomes adopte à la perfection le rock urgent de MNNQNS et Th Da Freak,
deux fleurons de la scène rock française actuelle. Hommage musical appuyé aux Strokes sur Parker Lewis où la rythmique et les riffs de guitare n’ont strictement rien à 
envier au combo new-yorkais, sans parler d’une voix faisant quasiment jeu égal avec celle, hyper puissante et criarde, d’un Julian Casablancas au sommet de son art. 
Du pur bonheur s’offre à nos oreilles avec la formidable ballade Brother et des chœurs réellement touchants. 


Le monstrueux et sulfureux Colors est l’épilogue de ce superbe album. Court et se terminant brutalement, Colors n’est pourtant pas dépourvu d’intensité. Les influences 
Strokes/Julian Casablancas y sont encore plus criantes. 

Le duo parisien conclut sa prestation en beauté, au son d’un rock éclatant et d’une rare fulgurance. Ceux qui découvrent Fantomes seront certainement conquis avec ce 
It’s Ok : 10 morceaux pour un total de 33 minutes, c’est peut-être trop court pour les langues de vipère mais sans monotonie ni temps morts. Muss et Paul, ce tandem de
 choc et magique, nous régalent véritablement et n’ont point à rougir de leurs aînés, qu’ils soient américains ou faisant partie de la scène française. Avec It’s Ok, 
Fantomes s’assure un strapontin de groupe révélation de l’année. D’ores et déjà, Muss et Paul sont à suivre en espérant que leur prochain opus soit d’aussi bonne facture. 
À l’avenir désormais de parler!
Total
0
Shares
Autres publications
%d blogueurs aiment cette page :