Logo Sensation Rock

Bruce Springsteen – Letter to you

Bruce Springsteen Letter to you 

Bruce Springsteen ou le temps qui passe…voici le 20ème album du patron enregistré en 4 jours seulement dans les conditions du Live avec son précieux E-Street Band qu’il retrouvait après ses escapades en solo dont l’album “Western Stars” sorti en 2019. Ce nouvel album se veut être la suite d’une conversation avec ses fans entamée il y a 45 ans et accélérée ces dernières années avec ses autobiographies, soit écrite (“Born to run”, 2016), soit parlée et chantée avec la sublime série de concerts donnée sur Broadway en 2018. Nous voici donc en 2020le Boss nous envoie une lettre ouverte (“Letter to you”) et sort logiquement son album le plus personnel et autobiographique à ce jour. Il nous invite à côtoyer ses fantômes du passé (“Ghosts”) qui ne le hantent pas mais qui lui rendent visite la nuit (“I’ll see you in my dreams”) et le rendent plus vivant. Car oui, même si le dernier Springsteen a des accents nostalgiques, il est bien rock et célèbre la vie tout en rendant hommage aux précieux proches disparus. Sur “Ghosts et son rythme haletant, le Boss entend le son de la guitare d’un de ces derniers dans ses rêves et revit. Je suis vivant crie-t-il ! (“I hear the sound of your guitar […] in my dreams and I rejoice”)Le même thème ouvre l’album sur une magnifique émotion nommée “one minute you’re here, superbe morceau acoustique tout en douceur aux accents de Johnny Cash sur lequel Bruce reconnait la fragilité de la vie : “une minute tu es là, celle d’après tu es parti”. On ne peut s’empêcher de penser au géant Clarence Clemons, fidèle saxophoniste disparu en 2011 avec qui il a passé 25 ans sur la route, un véritable pilier du E-Street Band sur lequel il pouvait s’appuyer comme sur la mythique pochette de “Born to run” en 1975. Avec “Last man standing”, il se voit tout simplement le dernier homme debout de son tout premier groupe (The Castiles) et se remémore le début de sa carrière musicale. Il continue de regarder dans le rétroviseur en faisant figurer 3 chansons écrites dans les années 70 dans ce nouvel album et le son classique du Boss jaillit aux oreilles dès les premières notes de “Janey needs a shooter. Avec “Song for orphans”, on entend les influences Dylaniennes du jeune Springsteen avec cet harmonica et ce phrasé auquel Bruce ajoute son empreinte profonde. Le jeune Bruce est encore là avec “If I was a priest qui est simplement l’un des morceaux qu’il a joué lors de l’audition qui lui a permis d’obtenir son premier contrat d’enregistrement au début des années 70. Le titre qui avait été finalement écarté de “Greetings from Asbury Park, NJ” (1973) réapparait donc 47 ans plus tard pour notre plus grand bonheur. Nous voyageons dans la vie du Boss et ne nous lassons pas d’entendre ces morceaux de vies jouées aujourd’hui avec l’énergie des retrouvailles festives d’un E-Street Band heureux d‘enregistrer ensemble dans les conditions du LIVE, ce qu’ils n’avaient pas fait depuis 1984 pour “Born in the U.S.A”. Prêts à célébrer ces dernières chansons de leur collection sur scène…il faudra malheureusement attendre pour  revoir ces gaillards rockeurs sur leur terrain de jeu favori, la faute à qui vous savez…  

Dans la bande annonce du documentaire accompagnant l’album, on peut entendre Springsteen dire “j’ai commencé à jouer de la guitare parce que je cherchais quelqu’un avec qui parler et après tout ce temps j’ai toujours besoin de vous parler et c’est bien le but avoué ici. Le thème principal est le rock et le fait d’être dans un groupe, de vivre de cette musique chère à nos cœurs. Springsteen se raconte plus qu’il ne raconte l’Amérique cette fois. La seule trace d’un certain président est la phrase “le clown criminel a volé le trône” sur “House of thousands guitars”, une des pièces maitresses de l’album où l’intro piano est du pur Springsteen et dans laquelle il nous invite tous à se retrouver dans la maison aux milliers de guitares…plus tard…  

Le Boss communique avec ses fans, sa raison d’être, ceux qui lui font savoir pourquoi il est là et où il va. Et cette lettre qu’il leur adresse toute en poésie et images n’a d’égal que la bande son qui l’accompagne et qui accompagne nos vies à nous les fidèles du Boss depuis quelques décennies  

Vidéo du titre “Ghosts” à voir ici : https://youtu.be/Lo5QNcFioZ4

 

Artiste : Bruce Springsteen  

Album ; Letter to you 

Label : Columbia Records 

Date de sortie : 23/10/2020 

Genre : Rock  

Catégorie : Album rock  

Total
7
Shares
Autres publications
Lire

OF JUNE, Rêve Erotique

Autoproduction/2012 Décidément la scène musicale bisontine est fortement productive en cette année 2012. Après la folk de My…
Lire

NADEAH, The Odile EP

Cinq 7/Wagram/2011 Cette jolie blonde venue d’Australie et aperçue chez Nouvelle Vague et Charlie Winston fait son entrée…
%d blogueurs aiment cette page :