Logo Sensation Rock

Hey hey my my, British Hawaii

Revoilà nos petits frenchy adorés, ceux don’t on ne croyait plus réentendre de nouvelles compos. Je veux parler de Hey hey my my, duo formé par Julien Garnier et Julien Gaulier alors qu’ils n’étaient encore, dans les années 2000, que deux étudiants à Bordeaux.
Les deux chanteurs et guitaristes nous reviennent, après pratiquement
10 ans d’absence, avec un troisième album intitulé British Hawaii. Il succède à A sudden change of mood (2010) et Hey hey my my (2007) dont est issu le génial I need some time qui a installé, de façon définitive, les deux Julien sur la scène indie rock française.

Les 11 morceaux de British Hawaii sont un résumé des deux précédents opus : le versant Hey hey my my à dominante folk Moriarty/Cocoon et le versant A sudden change of mood davantage axé sur le rock.
British Hawaii démarre d’ailleurs pieds au plancher avec Plastic life et Egija, deux morceaux qui donnent le ton et une sacré pêche. Les mélodies sont sucrées et sentent la belle saison, le chant est accrocheur et s’encre dans la tête . On a qu’une seule envie, celle de bouger à l’écoute des deux compos que sont Plastic life et Egija.
L’ambiance joyeuse et printanière se poursuit encore sur Tennessee et Saturday, Hey hey my my n’étant pas là pour faire uniquement dans le sentimental. Mais celui-ci surgit pourtant avec la somptueuse ballade folk The one I call, morceau que José Gonzales n’aurait pas renier, tant il y a de similitudes entre le chant de Hey hey my my et celui du suédois, sans oublier la guitare sèche. L’ensemble s’accorde à merveille mais c’est bien un duo français qui interprète ce magnifique The one I call et non le géant suédois. The one I call renoue avec ce côté folk que l’on a tant de plaisir à retrouver chez Hey hey my my.
De Bottleman à July, de All alone à Go to your town, Hey hey my my fait étalage de toute une palette de styles et d’influences: rythme enjoué et ambiance californienne/Beach boys sur July ainsi que sur All alone,patte Neil Young avec Go to your town et Bottleman qui est la seconde superbe ballade figurant sur cet album.
Il y a également A place, qui commence tel un morceau folk pour s’achever en trombe sur un tempo rock. Vol au vent, quant à lui, révèle une ambiance plus jazzy qui n’est pas sans nous rappeler On my way de Cocoon.
Les trois meilleures compositions de cet album sont Plastic life, Tennessee et The one I call. Elles nous prouvent que ce formidable duo français s’adapte à tout, jongle sans tricher ni se planter d’un style  à l’autre.

Hey hey my my défendra British Hawaii le 3 novembre sur la scène de la Boule noire à Paris. C’est encore bien loin dans le temps, on vous l’accorde bien volontiers, mais profitez déjà de ces 11 compos qui fleurent bon le parfum printanier. Avec British Hawaii de Hey hey my my, le quotidien vous paraîtra beaucoup moins morose !

Note de 8 sur 10.

Jean-Christophe Tannieres

Total
1
Shares
Related Posts