Logo Sensation Rock

INTERVIEW – MARS RED SKY

Molodoï – Mars Red Sky

Les Bordelais de Mars Red Sky viennent de sortir avec The Task Eternal le meilleur album de leur pourtant déjà riche carrière. Un disque somptueux, croisement d’un psychédélisme majestueux et d’effluves Floydiennes et Sabbathiennes. Rencontre avec Mathieu, leur batteur.

 

Sensation Rock : Comment avez-vous abordé le nouvel album par rapport à Apex 3 ( Praise for the Burning Soul) ?

Mathieu : « On a donné vie à « Apex 3 » pendant un long moment sur scène. Pour le nouvel album, on a travaillé de la même façon que pour le précédent, en mettant nos idées en commun. On jamme ensemble et on voit ce que cela donne. A l’opposé, on a des morceaux qui sont très écrits, comme « Crazy Horse », un titre dont l’écriture est assez folk. »

 

Sensation Rock : J’ai l’impression que ce nouvel album sonne encore plus lourd que vos précédents opus.

« Tout le monde dit cela. On ne s’en rend pas compte. On aime le côté lourd de la musique. Peut être que ce disque est plus sombre que nos précédents disques mais ce n’était pas voulu à la base. Sans doute reflète-t-il le climat actuel. »

 

Sensation Rock : Il y a parfois un côté grunge que vous n’aviez pas autrefois.

« C’est particulièrement vrai pour le morceau « Collector » qui a effectivement ce côté grunge. Même si nous ne sonnons pas grunge, nous nous sommes tous dans le groupe, pris Nirvana dans a gueule quand nous étions jeunes. En dehors de Nirvana, nous sommes également très fans d’Alice in Chains. »

 

Sensation Rock : Vous venez d’univers musicaux assez différents les uns des autres dans le groupe.

« C’est vrai. Perso, j’écoute beaucoup les Melvins, Black Sabbath. On vient d’univers différents mais on a aussi des trucs en commun : Nirvana, les Melvins, Fugazi, Jesus Lizard. Après, nous écoutons des choses différentes les uns des autres. Certains d’entre nous écoutent du jazz et du classique. Il est possible que cela crée quelque chose de décalé lorsque nous nous retrouvons au local de répet. »

Sensation Rock : Cet album est peut être le plus abouti de toute votre carrière.

« Nous sommes meilleurs dans ce que nous faisons.  Julien chante de mieux en mieux. On a travaillé pour ce disque avec Gabriel Zander à la production. Il a bien capté ce que nous voulions et a su parfaitement le retranscrire. »

 

Sensation Rock : Cet été, vous avez sorti une cassette avec des morceaux de l’album à venir. C’était dans l’idée de faire un objet collector ? 

« Non pas spécialement. On voulait simplement changer un peu les choses, faire un truc un peu différent. Nous sommes des enfants de la cassette qui était un peu le Youtube de l’époque. On a mis une version demo d’un titre qui est sur l’album. En tant que fan de musique, j’aime ces bonus-tracks. J’espère qu’il en est de même pour nos propres fans. On a sorti cela sur notre propre label, MRS Red Sound, que l’on continue à côté de Listenable, la maison de disque chez qui nous sommes signés. On va bientôt sortir le nouvel album de nos potes de Dätcha Mandala sur MRS. »

 

Sensation Rock : L’album s’apparente à un voyage. Vous l’avez pensé ainsi ? 

« On cherche cela quand nous faisons un album. On ne se l’avoue pas forcément mais nous avons cette envie. L’ordre des morceaux s’est imposé de lui-même. Les titres ont tous été composés en fonction de celui d’avant. »

 

Sensation Rock : La pochette fait très Magma 70. 

« Cool. J’adore Magma. C’est encore Carlos Olmo qui l’a faite. Il a fait toutes nos pochettes. On travaille avec lui en ping pong au niveau des idées. Quand tu ouvres le vinyle gatefold, cela donne une grande fresque. On s’est fait plaisir à réaliser cela. Faire un double vinyle, c’était un rêve d’enfance. »

 

Sensation Rock : Il y a deux instrumentaux sur l’album.

« On en a toujours fait. Nous aimons ce format. Les deux instrumentaux de l’album sont comme des frères jumeaux. La fin de l’un devient le début de l’autre. C’est le milieu de l’album, la fin de la face A et le début de la B. C’est cohérent. »

 

Sensation Rock : Vous tournez énormément. Est-ce que cela influe sur le travail de compo ?

« Cela influe sur la cohésion qu’il y a dans le groupe. Nous sommes devenus solides avec le temps. Il y a des morceaux que l’on écrit en tournée, lors des balances. Un album nous sert à tourner. Aujourd’hui, la tournée est devenue le nerf de la guerre. »

 

Sensation Rock : Vous faites la première partie de Kadavar en Novembre. C’est un groupe dont vous vous sentez proches ?

« On se connait depuis longtemps. On a joué pas mal de fois ensemble. On a parfois joué dans de petits clubs de 200/300 personnes. Ils ont beaucoup grandi ces dernières années. Nous sommes potes. Nous nous sommes souvent croisés lors de festivals. On est très content de les retrouver. »

 

Sensation Rock : Et vous-mêmes êtes en tournée en tête d’affiche dans la même période.

« Cela va être une grosse tournée. Il y a un premier gros bloc, mi octobre, mi novembre puis on repart en Mars prochain. Nous sommes hyper contents d’être à nouveau sur la route. »

 

Propos recueillis par Pierre-Arnaud Jonard.

Photo de Benoit Gilbert.

Total
1
Shares
Related Posts
Read More

YAK

YAK est un groupe rock qui a littéralement la rage au ventre. Sur scène, les trois comparses distillent…