Logo Sensation Rock

WAND, Laughing Matter

Cinquième album en six ans pour Wand, on peut dire, sans se tromper, que le groupe californien n’a pas de temps à perdre. Et du temps il va en être question justement. Ces fils adoptifs de la scène furieuse garage californienne ont justement décidé de surprendre leur monde avec leur nouvel album. A l’heure des temps modernes, de la maladie manifeste de l’instantanéité, de la boulimie frénétique de consommer vite, Wand avec Laughing Matter change brusquement de ton et de direction surtout. Près de 70 minutes de musique, avec en moyenne 5 minutes par morceaux…véritable suicide commercial ou folie créatrice ?

 

Scarecrow qui ouvre l’album, est le titre qui résume parfaitement la nouvelle direction du groupe. Le rock garage du début a donc laissé place à un rock psychédélique des plus réjouissants et des plus classes. Richesse instrumentale, mélodie soignée, le morceau est une petite pépite de rock psyché, où la voix de Cory Hanson frôle le mimétisme avec celle d’un certain Thom Yorke. Laughing Matter est donc une invitation à un voyage onirique, hypnotique où Wand décide de nous faire les montagnes russes émotionnelles. Comme pour mieux pénétrer leurs univers, quelques ponts musicaux ont été installés avant quelques morceaux. Certains sont vraiment intéressants et témoignent de la vitalité artistique du groupe (Bubble, Hare), d’autres, soyons honnête, sont plus indigents (Tortoise).

 Scarecrow donc, mais aussi Thin Air, avec sa montée crescendo, ou le sublime Evening Star avec ses alternances de guitares rugissantes et ses chœurs épurés, sont autant de manifestes de la qualité de Laughing Matter. Les Californiens n’oublient pas leurs racines rock furieux (ou garage), avec le tonitruant (et avec sa batterie folle)  Walkie Talkie, le  colérique Lucky’s Sight et surtout ces 9 minutes du vaporeux Airplane avec son final complètement rock avec cette guitare totalement habitée. Mais même dans ces moments de folie, l’opus reste d’une certaine constance et continue de nous faire flotter, de nous hypnotiser. Pas de sueur, de crachats, de fureur, mais une certaine gaité hypnotique nous enveloppe. Ce sentiment est décuplé si vous écoutez cet album au casque (chose que je vous conseille!).  Xoxo et Rio Grande témoignent de la richesse des arrangements, ainsi que l’amour que portent ces musiciens à leurs instruments, à leur musique. Cette dernière devient si évidente qu’au final elle nous éblouit.

 

Les Californiens Wand reviennent donc avec un nouvel album, plus psychédélique, plus onirique que ses précédents. A l’écoute de Laughing Matter  on pense à Midlake, période Antiphon, Radiohead pour certaines tournures de chansons, mais c’est surtout à un acte décomplexé, de liberté que l’on pense. Les Californiens ont décidé de prendre littéralement le temps, à contre-courant de l’agitation du monde moderne, pour nous offrir ce long et flottant éclat hypnotique. Une authentique et véritable réussite.

-Mica

(Wand, Rio Grande)

 

Artiste: WAND

Album: Laughing Matter

Label/distribution: drag City / Modulor

Date de sortie: 19 Avril 2019

Genre: Rock

Catégorie: Album Rock

 

 

Total
0
Shares
Related Posts

HONEYCUT, Comedians

Elektriks Collection/Discograph/2011 Il fait beau dehors, rien de tel qu’un bon petit disque groovy à souhaits pour nous…