Logo Sensation Rock

PROTOMARTYR, Consolation E.P.

Après la sortie de l’excellent (et donc acclamé) Relatives in Descent à la fin du mois de septembre dernier, Protomartyr nous régale une nouvelle fois avec Consolation E.P.. Un solide recueil de quatre titres révoltés et révoltants, qui place encore un peu plus le groupe sur les sommets du paysage post-punk actuel.

 

Originaires de Détroit, ville américaine ayant vu la formation de groupes tels que le MC5 ou les Stooges, les quatre membres de Protomartyr distillent depuis 2008 un post-punk vindicatif à ranger quelque part entre The Fall et Pere Ubu. Riche d’une discographie qualitative composée à présent de quatre albums, le quatuor étoffe son CV avec un EP tout neuf nommé Consolation E.P.. Sorti le 15 juin dernier chez le très recommandable label Domino Records, ce dernier essai incendiaire conforte un peu plus la place de choix qu’occupe la bande dans le vaste monde du rock indépendant.

 

L’EP démarre brutalement avec Wait, un court et brûlant titre d’à peine plus de deux minutes. Deux minutes suffisantes pour reconnaître la griffe si particulière de Protomartyr. Où la voix hargneuse et rageuse du leader Joe Casey vient compléter une section musicale marquée par la batterie soutenue d’Alex Leonard, la basse menaçante de Scott Davidson et la guitare noisy à souhait de Greg Ahee. S’ensuit le plus contrasté mais tout aussi efficace Same Face in a Different Mirror, qui démarre par une introduction menaçante avant de plonger dans un spleen irrépressible et enfouie, véritable marque de fabrique de la bande de Détroit.

Mais le point culminant de Consolation E.P. est sans doute atteint à l’aide des deux derniers morceaux, nommés respectivement Wheel of Fortune et You Always Win. Proposés sur les réseaux avant la sortie officielle de ce 15 juin, ces deux titres sont marqués par la présence vocale de Kelley Deal, soeur de Kim mais également chanteuse et guitariste des Breeders. Sur Wheel of Fortune (le premier extrait dévoilé à l’aide d’un clip relativement retournant), Protomartyr propose un son paradoxalement énigmatique et direct où le chant si reconnaissable de Casey se fait un peu plus nuancé, à mi-chemin entre un spoken word désespéré et un punk furieux. Comme si les tessitures des regrettés Mark E. Smith et Ian Curtis avaient fusionnées. D’une introduction assourdissante jusqu’à un final faussement optimiste, ce troisième morceau est sûrement l’un des plus intéressants proposés par la formation depuis ses débuts, au même titre que les géniaux The Devil in His Youth, Pontiac 87, Don’t Go To Anacita ou encore Half Sister. Une sélection loin d’être exhaustive afin d’illustrer tout le talent de composition qui caractérise tant le groupe.

C’est avec You Always Win que l’EP se termine. Comme à l’accoutumée, la guitare enveloppante et ciselée s’accorde parfaitement avec les autres instruments. Tout au long de ce final construit comme une sorte de montée progressive, le rythme s’accélère rajoutant ainsi toujours plus d’urgence dans la musique du quatuor. Fortement marquées par une apparente dose de mélancolie, les sonorités tendues et abrasives de la formation dissimulent une certaine forme de violence. Une violence intériorisée et emplie de frustration. Cette violence qui reste ensevelie sans jamais avoir l’occasion d’être extériorisée. C’est cette violence qui semble être la plus à même de représenter toute l’essence de la volonté musicale de ce groupe. Un grand groupe.

 

4 titres et un peu moins de 15 minutes, c’est le format choisi pour triturer et martyriser les esprits et les tympans des auditeurs qui auront eu la force et le privilège de s’aventurer dans le monde de Protomartyr. Un monde marqué par un nihilisme pleinement assumé et désespérément déclamé par un Joe Casey désabusé mais jamais plaintif. Fidèle à sa démarche musicale, la formation continue de creuser son propre sillon en proposant un son qui lui ressemble sans se soucier des diktats fades et actuels de l’industrie du disque. À l’image des deux derniers albums du groupe, The Agent Intellect et Relatives in Descent, Consolation E.P. prend la forme d’un énorme pavé jeté dans la mare du rock indépendant. De bon augure pour la suite.    

 

Hugo COUILLARD

Artiste : Protomartyr
Album : Consolation E.P.
Label : Domino Records
Date de sortie : 15/06/2018
Genre : Post-punk
Catégorie : Album rock

Total
20
Shares
Related Posts
Read More

GANGLIANS, Still Living

Souterrain Transmissions/PIAS/2011 Oeuvrant dans la catégorie “pop indé de bon aloi”, Ganglians signe l’une des bonnes surprises de…
%d blogueurs aiment cette page :