Logo Sensation Rock

IDLES + DJ KEMICALKEM, le lundi 04 décembre 2017, la Poudrière, Belfort (90)

Lundi. Aux pieds du Lion de Belfort, une petite foule brave le froid. En ce tout début de semaine on attend ceux qui feront monter en flèche la température, quitte à mettre le feu à la Poudrière : IDLES !

 

L’avant-concert est confié à DJ Kemicalkem. La salle se remplit piano. On sirope une bière calmement, tout en ayant en toile de fond des titres garage, punk ou reggae. Adam and the Ants ou UB40 habitent les enceintes, pour ne citer que les derniers qui précèdent l’entrée en scène des Anglais. Entrée que l’on repousse d’un bon quart d’heure, afin que les retardataires ne restent pas sur le carreau.

C’est donc vers 20h45 que les platines se taisent et laissent la place à la bande à Joe Talbot. Parés de blanc comme la fine pellicule de poudreuse qui tapisse les alentours de la salle, les cinq s’installent. Après quelques embrassades, ils décident d’allumer la mèche avec Colossus. Avec un titre grandiloquent, ce nouveau venu dans la jeune discographie des IDLES embrase l’assistance en un éclair. Le torchon continuera de brûler durant une bonne heure avec une dizaine de morceaux, la plupart issue de leur unique album, Brutalism (Faith in the city, Divide & conquer).

Derrière son micro, Talbot éructe ses textes avec une telle colère qu’il en devient vite rutilant. La section rythmique est bourrine à souhait et envoie des rythmes charpentés pour des titres semblables à des hymnes punk, dont le public reprend en chœur la mélodie a capella (Mother, 1049 gotho). Dans la famille des agités, ses guitaristes ne sont pas en reste. Fort de son short de boxeur, Mark Bowen, le trublion aux allures de gaulois tatoué multiple les aller-retours dans la foule. Lessivé mais élevé au-dessus de la mêlée, il se laisse porter comme pour une descente de croix.

Plus tard, avec son homologue, il s’adonnera à un duel au cœur de la foule, tandis que le frontman, comme délaissé un temps, se repose allongé sur la scène ensoleillée … Le show se referme dans un tonnerre magistral avec Rottweiler. Talbot fend la foule qui lui tapote le dos, reconnaissante d’une performance non feinte et sans concession. Pendant encore quelques minutes, les musiciens font trembler l’édifice militaire dans une transe bruitiste.

Le silence n’étant pas de mise ce soir, les acclamations sont généreuses et longues. En un instant la petite salle belfortaine redémarre avec DJ Kemicalkem. Certains se sont extraits du lieu afin de reprendre leur esprit. Dehors on entend distinctement les disques, dont les QOTSA. On est lundi. Non le lion n’est pas mort ce soir. Il rugit Bartholdi !

 

Setlist de IDLES

Colossus

Faith in the city

Mother

Great

The Idles chant

1049 gotho

Divide & conquer

White privilege

Aalcohol

Love song

Exeter

Well done

Rottweiler

-Benoît GILBERT

Total
1
Shares
Related Posts