Logo Sensation Rock

ALL WE ARE, Sunny Hills

Deuxième album pour le trio de Liverpool après leur premier (et remarqué) opus sorti en 2015, sur le mythique label Domino (Artic Monkeys, Franz Ferdinand, The Kills entre autres) mais dans un registre cette fois-ci moins coloré et dancefloor, davantage marqué par le post-punk et la new-wave donnant une teinte sombre (en dépit de son titre) à ce disque rempli aussi de véritables moments de grâce.

 

Burn it all Out lance les hostilités avec une solide introduction à la batterie, progression des synthés pour deux minutes de pur post-punk tonique et envoutant avec la voix parfaite du chanteur Luis Santo (la fin du morceau n’est pas sans évoquer en lointain écho le titre Atmosphère de Joy Division). A nouveau des synthés version New Order sur Human, titre particulièrement énergique, qui lui aussi sonne comme une urgence ; la question « Are you human ? » est répétée de nombreuses fois, nous interrogeant sur notre place dans ce monde manquant tellement d’humanité. Après un véritable feu d’artifice sonore, aucun répit avec le titre Animal, lui aussi extraordinairement puissant, plus complexe aussi et comme répondant à la question précédente (« We are all animals » est clamé plusieurs fois). Il raconte l’histoire de villageois opposés à la construction d’une autoroute, et peut parler à chacun de nous. Dance offre un moment de répit, plus léger, et qui rappelle ainsi les débuts de ce jeune groupe, mais avec des sonorités toujours riches et la ligne de basse comme marqueur évident.

Down rappelle lui aussi le son New Order, Dreamer offre une introduction kraftwerkienne très dark (et même psyché), avec la voix parfaite de la bassiste Guro Gikling : ces titres permettent de mesurer à quel point le groupe est capable d’envisager chaque morceau comme un ensemble soigneusement assemblé et formant un tout singulièrement cohérent, brillant et esthétiquement remarquable.

 

Youth, avec des accents beaucoup plus pop et lumineux, est un titre particulièrement rafraichissant et agréable (on ne peut s’empêcher de penser à Yo La Tengo pour l’ambiance et un peu à The Cure pour la musique), l’influence du groupe de Robert Smith sonne comme une évidence sur le titre Waiting (avec à nouveau un aspect sombre mais une mélodie enthousiasmante, par l’usage de chœurs particulièrement bienvenus qui font de ce morceau un des meilleurs du disque). C’est aussi par sa faculté à puiser dans le meilleur du rock britannique des années 1980 et à mettre dans chaque morceau beaucoup d’intensité et de passion autour de mélodies audacieuses que le groupe force l’admiration. A nouveau, c’est par un début calme et apaisant, que le mal nommé Punch débute, avons nous envie de dire, mais à mi-parcours le morceau délivre un son désordonné et hypnotique autour de guitares anarchisantes, soulignant ainsi l’audace musicale de ce jeune groupe.

 

Au final, c’est une impression très positive qui se dégage de cette écoute, où aucun titre ne mérite d’être ostracisé, avec par ailleurs d’excellents singles qui devraient permettre à ce jour d’asseoir davantage sa place dans la scène rock actuelle. Un album aussi bien rock que politique que poétique, engagé et engageant, sombre et lumineux, comme autant de ressentis que nous pouvons percevoir. Et finalement, une synthèse de ce que nous sommes.

  • Julien LAGALICE

Artiste : All We Are

Album : Sunny Hills

Label / Distribution : Double Six

Date de sortie : 09 juin 2017

Genre : rock alternatif, indie rock

Catégorie : Album rock

Total
0
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :