Logo Sensation Rock

SUM 41 – 13 Voices

Plus de cinq années après la sortie de Screaming Bloody Murder, Sum 41 est bel et bien de retour avec un nouvel album très attendu intitulé 13 Voices. Ce nouvel effort studio avait susciter une attente toute particulière pour les fans, et ce, pour plusieurs raisons. D’abord, le leader Deryck Whibley est récemment sorti d’une longue et dure bataille contre l’alcoolisme, à laquelle il fera référence plusieurs fois dans le disque, mais cet opus marque aussi le retour de Dave Baksh, presque une décennie après son départ du groupe. 13 Voices est un melting-pot du meilleur de Sum 41, leurs influences punk, metal  et rock s’entrechoquent pour un rendu détonnant.

Décidément, 2016 est un bon cru pour le punk rock américain. Après la sortie des nouveaux albums de Blink-182, Green Day, Yellowcard, c’est maintenant c’est Sum 41 qui s’y colle.

On remarque d’emblée que le chanteur Deryck apparait en grande forme, on le ressent dans sa voix et ça fait du bien de l’entendre, car il avait pas mal souffert ces derniers temps. Techniquement aussi, le groupe est au meilleure de leur forme. Pris dans un tourbillon entre  solos ravageurs du guitariste ou breaks de batterie dantesques, on est plutôt servi de ce côté. Ce sixième album studio semble être davantage personnel et engagé, avec des textes aux partis pris bien tranchés.

Le titre d’ouverture s’intitule Goddamn I’m Dead Again, il s’agit d’un morceau honnête et efficace sur lequel on retrouve la recette du groupe qui nous a tant fait chavirer dans les années lycée. Le solo de guitare qui vient clore ces quelques premières minutes est étonnant, avec une énergie débordante qui ne peut nous laisser de marbre. S’en suit alors leur premier single, Fake My Own Death. L’intro est prenante, le riff de guitare heavy rock nous donne envie de secouer la tête sans crier gare, mais on est cependant un peu déçu par la tournure des événements lorsque Whibley débute sa ligne de chant, bien trop énervé. La mélodie qui s’impose ensuite sur les refrains vient adoucir ce ressentiment.

Le nouveau batteur, Frank Zummo, n’est pas en reste. Il délivre quelques beats rappelant le Linkin Park des années 2000, sur des morceaux comme Breaking The Chain ou le tubesque War. D’ailleurs, War semble être un titre taillé pour les radios, tant les mélodies restent ancrées et l’instrumental accessible au plus grand nombre.

Fall And The Rise a des sonorités hip-hop assumées, et c’est plutôt réussi. Même les titres bonus pourraient s’inclure au restant de l’album, Black Eyes et Better Days sont des morceaux à la nostalgie prenante.

Même si on dénote quelques longueurs par ci par-là dans ce disque, rien à dire, 13 Voices marque un retour en grande pompe de Sum 41. Un effort studio bien pensé, aux influences diverses. Cet opus est celui qui se rapproche d’ailleurs le plus de celui de 2004, le dénommé Chuck. La bande à Whibley est toujours debout, toujours vivante, comme dirait un autre.

Artiste : Sum 41
Album13 Voices
Label / Distribution : Hopeless Records
Date de sortie : 7 octobre 2016
Genre : Punk rock
Catégorie : Album rock

Total
0
Shares
Related Posts
Read More

SUEDE, Bloodsports

Warner/2013 Grands animateurs de la scène britpop du siècle dernier, Suede se reforme et sonne l’heure du retour…