Logo Sensation Rock

YOKKO, to the fighters, to the boxers

Nous avons découvert il y a quelques jours le groupe Yokko, de jeunes talents suisses ayant fait les premières parties de la tournée automnale de Nada Surf. Nous nous sommes penchés sur leur deuxième album, to the fighters, to the boxer, et nous vous proposons de découvrir ce groupe très prometteur au son unique !

 

Avec une formation venant des quatre coins de la Suisse, les influences de Yokko ne pouvaient qu’être d’une grande diversité. Et pourtant, c’est un album au genre que l’on pourrait qualifier de pop-rock aérien tellement l’accord entre tous les musiciens ne semble qu’être une évidence. Le son délivré par Yokko est épuré, combiné à une voix douce mais qui n’hésite pas à envoyer lorsque cela est nécessaire.

Bloodline, le premier titre, débute sur la voix du charismatique Adrian Erni, qui s’exprime presque dans un souffle. Les instruments arrivent au fur et à mesure pour composer un titre aérien, d’une pureté sans égal et sans faiblesse. Tantôt énergique, tantôt calme, les différents titres se suivent et ne se ressemblent (presque) pas.

 

Les morceaux sont accrocheurs, avec notamment une basse et des percussions omniprésentes. La voix d’Adrian nous surprend à chaque nouveau titre : tantôt elle a des grains à la Phil Collins (Boxer), tantôt elle est rauque façon Julian Casablancas, elle nous fait même parfois penser à Johnny Borrell de Razorlight (Providence) avec tout de même un grain de folie très agréable !

Quant à eux, les musiciens semblent être influencés par des groupes comme Kings of Leon voire Biffy Clyro, notamment dans les chœurs sur des titres comme Disclaimers ou River. Ce dernier morceau représente d’ailleurs tout à fait l’esprit du groupe : des riffs de guitares intéressants, une batterie avec un tempo à la fois lent sur les couplets mais plus rapides sur les refrains, des synthétiseurs harmonieux et un chant qui passe des graves aux aigus avec une facilité déconcertante.

 

« Tous les sons ont le droit d’exister », a dit le groupe lors d’une interview, et c’est dans le morceau Silence que cette phrase est le mieux illustrée. Probablement le meilleur titre de cet opus, à la fois calme et bruyant, c’est un hymne en trois minutes, un morceau composé d’or pur.

Les 5 explorateurs de Yokko nous dévoilent au travers de cet opus une facette émotionnelle accrochée à une douce brutalité. Le charme qu’ils représentent obtempère très rapidement, et c’est avec plaisir que cet album se laisse écouter, à toute heure et dans toute situation. Nous espérons les voir tourner très rapidement en France !

 

  • Marion ARNAL

Artiste : Yokko

Album : To the fighters, to the boxers

Label / Distribution : Muve Recordings

Date de sortie : 04 mars 2016

Genre : Atlantic Wave

Catégorie : Album Rock

Total
0
Shares
Related Posts
Read More

WOODKID, Iron EP

Green United Music/PIAS/2011 Le musicien et réalisateur de clip Yoann Lemoine nous avait mis une belle claque en…