Logo Sensation Rock

PALMA VIOLETS, Danger In The Club

Véritablement adoubés par le NME, les gamins londoniens de Palma Violets décochent leur 2e album studio, très attendu de l’autre côté de la Manche. Une énième soupe réchauffée ou véritable révélation ? Eléments de réponses…

On le sait, nos voisins rosbifs ne font rien comme les autres. Ils roulent à l’envers, refusent l’euro mais pas l’Eurostar, adulent Samir Nasri, et calculent en yards les lignes de pintes sur le comptoir … On sait aussi qu’ils nous balancent chaque année presque autant de groupes plus ou moins valides, qu’il y a justement de bières sur le zinc à l’heure de l’apéro… Des pseudos « machin », héritiers de « truc », successeurs de « bidule », tous élevés un temps au rang de révélations, avant de sombrer, dépouillés, dans les profondeurs de la Tamise. Ils sont comme ça nos potes d’en face… Palma Violets n’a évidement pas échappé à cette règle élémentaire, mon cher Watson. Un premier album rageur et imparfait (180, sorti en 2013), à la gouaille bien de chez eux, avait suffit à emballer les médias à l’affût, bluffés, comme presque à chaque fois, par ces insouciants branleurs. Et même s’il convient de mesurer un peu cette énième effervescence, on ne peut pas cette fois leur donner tort.

Il faut bien reconnaître que les gamins ont de la référence. Alors qu’on soit clair. On n’est pas dans le novateur dernier cri. On en est même franchement assez loin. Et s’ils nous rappellent d’illustres aînés,  à l’évidence, c’est qu’ils supportent la comparaison. Une fois débarrassé des inutiles et récurrents bruits de bouges à Guinness, le combo emmené par Chilli Jesson et Sam Fryer déroulent leurs rengaines fiévreuses, parfois approximatives, comme de vieux briscards qu’ils ne sont pas.Tour à tour Jam premières heures ( Girl you couldn’t), évidemment Clash (Gout !Gang !Now), ou Kinks ( Danger in the club), les Palma Violets enfilent les chorus exaltés punk, garage, pop, ou rock, indifférents au commentaires des uns qui crient au plagiat, et des autres qui voient en eux les sauveurs d’une tradition rock so british. Parce que dans le fond ils font ce qu’ils aiment, sans se prendre la tête, et qu’ils ne s’imaginent pas vraiment faire autre chose. Pour quoi faire d’ailleurs ?

Simples, efficaces, enthousiastes, leurs mélodies qu’on a certainement déjà entendues quelque part, ont le bon goût d’un vin nouveau qui ne l’est jamais vraiment, et qui fait semblant de nous surprendre à chaque nouvelle cuvée. Machin, truc et bidule à la fois, peut-être, mais on ne pourra en tout cas pas leur reprocher d’avoir de mauvaises influences…

Artiste : Palma Violets

Titre :  Danger In The Club   

Label/distribution : Rough Trade Records

Date de sortie : le 4 mai 2015

Genre : Rock indé, punk, psyché

Catégorie : Album rock

Total
0
Shares
Related Posts
Read More

COCOON, Welcome Home

Quatre longues années après la sortie de l’excellent second LP de Cocoon, intitulé Where the Oceans End, le…