Logo Sensation Rock

BLUR, The Magic Whip

12 longues années ont passées depuis Think Tank, après plusieurs tournées mondiales et de grands festivals, Blur sort son successeur, intitulé The Magic Whip. Retour aux sources pour Graham Coxon, Damon Albarn et ses équipiers.

Rares sont les groupes qui ont survécu à la vague britpop des années 90, Blur en est l’exception, les quatre comparses bourrés de talents ont toujours su se réinventer au fil du temps. Après plus d’une décennie de break, les membres du groupe se sont dispersés dans plusieurs activités. On retiendra notamment le très bel album du génie Damon Albarn et les belles preuves en solo de Graham Coxon. En 2009, Graham endosse de nouveau sa guitare et Blur repart en tournée, mais toujours pas d’album en vue.

Il y a quelques mois, Blur met fin au suspens, et dévoile sur sa page Facebook l’imminence d’un nouvel album. L’attente de The Magic Whip et sa campagne de promotion ne cesse de nous faire languir d’impatience, avec quelques titres diffusés au compte-goutte sur internet, dont les singles Go Out, There Are To Many Of Us puis My Terracota Heart. Sous la houlette de leur producteur historique, Stephen Street, The Magic Whip arbore un état des lieux représentatif des multiples talents et influences emmagasinés par de fabuleux musiciens. L’album navigue entre la brit-pop familière de leurs débuts jusqu’aux textes plus personnels de 13 ou encore la mélancolie ambiante de Think Tank.

L’électronique est moins mis en avant que sur Think Tank, sauf sur l’hypnotique Thought I Was A Spaceman, rappelant un peu Bowie durant sa période berlinoise et sur Ice Cream Man qui fait redescendre la tension accumulée par le biais d’une partie instrumentale durant laquelle les lignes de basse, mariées aux riffs de guitare sont en synergie.Lonesome Street et I Broadcast démontrent la facilité avec laquelle le groupe arrive à composer des tubes taillés pour les stades.Sur les 12 titres qui composent l’album, on y retrouve aussi une belle ballade qui contraste avec le reste de l’album, New World Towers. A travers son innovant nouvel opus, Blur raconte sa vision acérée du monde, avec des stigmates de son lieu de création (Hong Kong). Certains morceaux sont moins inspirés comme The Ghost Ship, mais, en général, la qualité est au rendez-vous.

La ligne de basse d’Alex James est percutante, les guitares noisy pleines de distorsion de Graham Coxon sont jouées avec beaucoup d’entrain, le phrasé d’Albarn est toujours aussi maitrisé.Avec cet album, Blur pose les bases du changement. L’alchimie et la complicité entre Graham Coxon et Damon Albarn est restée intacte. Entre mélancolie et audace, Blur est vivant, il n’y a pas de doutes.

Artiste : Blur

Album : The Magic Whip

Label/distribution : Parlophone

Date de sortie : 27/04/2015

Genre : Rock

Catégorie : Album rock

Total
0
Shares
Autres publications
%d blogueurs aiment cette page :