Logo Sensation Rock

LIVE REPORT: PETER KERNEL, Le Bikini Test, LA Chaux-de-Fonds, Samedi 7 mars 2015

Si comme nous, vous êtes addict aux frissons – Thrill Addict, étant le titre du troisième album de Aris Bassetti (guitare, voix, graphic designer), Barbara Lehnhoff (guitare-basse, voix, filmmaker) – alors vous étiez certainement, ce samedi 7 mars, dans la somptueuse salle du Bikini Test pour accueillir le duo magnétique des Peter Kernel.

Après une première partie so expérimentale, Peter Kernel, le duo pop/ art punk à la vie comme à la scène, fait son entrée. Et c’est avec Extasy qu’Aris Bassetti et Barbara Lehnhoff entreprennent l’assaut de notre inconscient, pour y faire naître un univers fait de fleurs rares et de supernovas. Une fois la chanson terminée, le public est un comme en train de Leaving For The Moon. Et le refrain fredonné – tout en rythme de basse – de cette dernière, achève de nous consteller. Puis, il balance la sauce : I’ll Die Rich At Your Funeral. Un titre minimal, au riff de guitare et de basse ravageur tiré de leur très bon second album, encensé par la critique : White Death & Black Heart. Aris descend dans la foule et joue face à Barbara pour un show des plus puissant. Le public se déchaine. Nous aussi. S’en suivent – They Stole The Sun et You Party Suck, avec leur rythme de batterie improbable – deux titres plus atmosphériques, bercés par l’amour inconditionnel que les deux protagonistes de Peter Kernel se vouent l’un à l’autre. On se croirait dans le dernier film de Jim Jarmush : Only Lovers Left Alive, dont la Bande son so underground, est aussi planante que fine. C’est pour mieux amener Majestic Faya, un titre d’une énergie fulgurante en live, avec ses effets de guitare à l’agonie et ses accords de basse minimaux. Puis, le groupe nous joue une ballade, histoire de panser les cœurs blessés en présence, en se répétant que, malgré tout, « It’s Gonna Be Fine » et que Tears Don’t Fall In Space. Soudain, comme sorti de nulle part, Barbara et Aris balancent I Kinda Like It et Supernatural Powers, deux titres puissants qui soufflent tout sur son passage. Le public est aux anges. C’est pour mieux terminer sur le morceau le plus efficace du disque, Hight Fever. Un titre qui te rappelle pourquoi tu es vivant. Mais, comme bonne nouvelle n’arrive jamais seule, les Kernel font un retour fracassant, en faisant monter des gens sur scène avec Panico ! This Is Love, un titre qui porte bien son nom. En somme, concert épique, avec un vrai partage entre artistes et public. Des moments privilégiés.

Un grand merci à Dom Mc Fly, aux Peter Kernel et à toute l’équipe du Bikini test pour leur accueil chaleureux. 

Total
0
Shares
%d blogueurs aiment cette page :