FOO FIGHTERS, Sonic Highways

Roswell Records/RCA/Sony/2014

Retour gagnant de Foo Fighters, grands pourvoyeurs d’envolées de guitares, avec un concept-album, Sonic Highways, en guise de lettre d’amour à la musique américaine.
Le projet est né de l’idée d’enregistrer un album aux quatre coins des Etats-Unis. Dave Grohl et ses fidèles compères se sont donc rendus à Chicago, Seattle, Washington D.C. (Arlington, pour être précis), New-York, Los Angeles, Austin, Nashville et New Orleans pour donner vie à ces huit morceaux, chaque piste étant liée à la ville où elle a été enregistrée. Dans des studios mythiques (Electrical Studio de Steve Albini à Chicago, notamment), avec des musiciens qui ont marqué l’histoire de la musique ou celle des Foo Fighters (Joe Walsh, guitariste de The Eagles, Pete Stahl et Skeeter Thompson membres de l’un des premiers groupes de Grohl, Scream) sont nées ces chansons.
Pas de grand changement dans la composition, certes, le style du groupe est reconnaissable, Foo Fighters possède ce savoir-faire prouvé depuis ses débuts : ici un riff accrocheur (Congregation, The Feast And The Famine), là un refrain entêtant (I Am A River, In The Clear). Il y a néanmoins un titre un peu dispensable, ce What Did I Go ?/God As My Witness qui sonne un peu trop Lynyrd Skynyrd à nos oreilles mais qui, dans sa deuxième partie, se révèle un slow efficace.
Sonic Highways est donc le disque d’un des meilleurs groupes de rock qui paie ici un hommage plutôt émouvant aux villes, aux studios, aux musicens qui l’ont porté et influencé jusque ici. Et c’est peut-être cela qui compte le plus.


Total
0
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :