Logo Sensation Rock

JOAN SHELLEY, Electric Ursa

No Quarter Records/2014

Alors que sa compagne de Maiden Radio Cheyenne Mize est partie voguer sur les mers de l’indie rock, Joan Shelley continue de tracer son chemin sur les voies du folk dans la plus pure tradition américaine.
On pose le LP sur le gramophone et on se laisse emporter. La première chose qui nous touche à l’écoute de Electric Ursa, c’est cette chaleur qui en émane, tant de la musique que de la voix, comme si cette dernière était là pour nous réconforter. Et il y a comme une proximité, une familiarité, comme de retrouver une vieille amie après une longue absence mais dont le premier regard nous rassure.
Avec Electric Ursa, Joan Shelley nous fait naviguer entre l’obscurité et la lumière avec grâce et délivre un recueil de titres sans artifice, où les arrangements discrets s’effacent pour laisser place à la douceur et à la chaleur de la voix si suave de la chanteuse. Le crépuscule (First Of August) précède l’aube (River Low et ses accords boisés), la mélancolie (Something Small) laisse place au rêve (Rising Air). L’angélique Remedios nous envoûte avant que Moss & Marrow finisse de nous bercer.
Album clair-obscur, Electric Ursa est à l’image de son interprète: beau, doux et sincère. Le folk servit dans son plus bel écrin.

Total
0
Shares
Related Posts
Read More

TINARIWEN, Tassili

Universal/2011 Nouvel album des bluesmen du désert, avec trois invités de marque, Nels Cline de Wilco et Tunde…